Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Le sport à l'épreuve de notre République.

Le parent pauvre du système éducatif.

_Jean--tienne6001.jpg
    Le socle commun des connaissances, ce programme minimum de l'éducation nationale, cette collection des savoirs de base indispensables pour l'honnête citoyen de demain fixe, au terme de la scolarité obligatoire, seulement deux petites exigences dans le domaine sportif :
« Savoir nager et Avoir une bonne maîtrise de son corps ».

    Heureux le professeur qui pourra apprécier la seconde exigence et bienheureux les élèves qui échapperont à l'annotation « entre deux eaux ! » pour le premier impératif. Dans le pays de notre si démocrate Baron Pierre de Coubertin, il y a belle lurette que le sport à l'école n'intéresse plus personne !
Jean--tienne_6160.jpg
    L'institution se préoccupe d'avantage des esprits que des corps. Il n'est qu'à observer l'état lamentable de la médecine scolaire, l'indigence du traitement de la restauration et je n'ose plus évoquer le dossier des sanitaires dans nos établissements. Le corps est nié et l'esprit se renie …

    Plus de 450 heures de sport pour en arriver à un objectif famélique. Les professeurs d'Éducation Physique et Sportive doivent apprécier la haute estime dans laquelle nos planificateurs suprêmes, nos séquenceurs du vivant et des savoirs tiennent cette activité. Les trésoriers des conseils généraux se frottent les mains, il n'est plus temps de s'engager dans des dépenses excessives pour des installations à l'utilité si peu reconnue.

    Le sport est le grand oublié de notre système éducatif. Bouté par la technologie, chassé par l'informatique, balayé par l'histoire de l'art, éliminé par la citoyenneté et le développement durable. Tout plutôt qu'un corps sain, qu'un enfant capable (s'il est favorisé par les hasards de la vie) de Courir, Lancer, Sauter, Se confronter et Coopérer.
3294531145_302cd5e5bd.jpg
    Ces cinq verbes qui me semblent résumer les attentes essentielles de l'éducation physique. Au lieu de cela, nous avons déserté les stades d'athlétisme si rares dans ce pays et nous peinons à trouver herbe à nos chaussures pour des pratiques de plein air et de grand espace. Le badminton, le footsal, les jeux du cirque, la patinoire sont bien plus tendance et préparent plus sûrement des futurs consommateurs que des athlètes.

    Adieu le Rugby, ce sport éducatif par excellence chez nos amis anglo-saxons qui désole les familles et horrifie ces enfants qui préfèrent les combats déloyaux et inégaux des cours de récréation. S'affronter dans le respect de la règle en acceptant de se mettre en danger physiquement c'est plus que beaucoup ne peuvent accepter.

    L'organisation du temps ne permet pas d'espérer un autre résultat. Le sport est coincé entre deux cours. Les élèves ne disposent pratiquement jamais de douches, les vestiaires sont peu sûrs et rares sont ceux qui se changent entièrement après une séance. Comment voulez-vous, dans ces conditions, courir, vous salir et transpirer ?

    L'école est également le seul lieu où aucune visite médicale n'est exigée pour pratiquer. Les professeurs d' E. P. S. prennent des risques juridiques énormes quand ils osent se lancer dans un cycle endurance. Nous marchons sur la tête et dans ces conditions, il est fort mal commode de réaliser de grandes performances.
_Jean--tienne6052.jpg
    Les éducateurs des clubs sportifs se plaignent de la baisse des compétences psychomotrices et motrices de leurs joueurs. L'école ne peut assurer une formation de base et du reste, de façon très explicite, l'état ne le lui demande plus. Le jeu libre a progressivement disparu de nos cours de récréation comme des terrains vagues, eux aussi rayés de nos zones urbaines.

    Une société de consommateurs androgynes : casque vissé sur les oreilles, écran devant les yeux, pieds traînants, pantalon descendu et lacets défaits, voilà le grand dessein de notre système..

    Athlétiquesportivement vôtre.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

charly 14/01/2010 13:11


A quand une réelle éducation physique?

Ca me soule de voir que des jeunes ne font que 2h de sports (en est-ce vraiment?) dans la semaine à partir du moment où ils sont en 2nde.

Ceux qui ne pratiquent pas de sport en club sont laissés à l'abandon.

Re-valorisons le sport à l'école !!!!!


BR 14/01/2010 13:24


Le refus du CIO d'accorder les jeux  à Paris fut certainement un rendez-vous manqué avec une révision radicale de notre politique scolaire.

Maintenant, il n'y a plus rien à espérer de ce côté là et pour avoir des médailles, la politique de l'immigration choisie sera, de très loin la plus performante.

Quant à la masse, inutile d'en faire des sportifs. Pour rester vautrés devant des écrans, nos enfants n'ont pas besoin d'un coprs bien considéré.

Voilà l'état de notre pays !


Ray... 14/01/2010 07:41


 Et encore tu est loin de la réalitée
un exemple je suis ETAPS (educateut sportif) le Maire de ma commune a INTERDIT le Cross inter-école qui existait depuis pres de 30 ans parce que c'est dangereux depuis qu'il a
reçus du ministere de la santé l'obligation de faire installer des defibrilateur cardiaque dans les lieux publique !!!


BR 14/01/2010 13:28


La loi au sévisse du sport !

Les terrains interdits, les obligations impossibles, les règles de sécurité, les cadres juridiques ...

Faire du sport est devenu un parcours du combattant avec des humiliations à tous les étages :
Une ville qui méprise les bénévoles
Un comité qui nie le réel *
Monsieur JPB, du Comité du Centre nous demande de jouer à tout prix samedi alors que les terrains sont interdits. 3Vous avez qu'à vous débrouiller ou ce sera match perdu !"
Un état qui se moque de tout ça
l'école qui ne fait plus son boulot
Les parents qui s'en fichent
Les enfants qui s'en moquent

Bénévoles et fous furieux !