Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Le Super-Marché de Noël ...

 

La crise ? 


Quelle crise ?

 


 


C'est le grand moment de la foire à l'andouille, du grand bouleversement des porte-monnaies, de la surenchère du mauvais goût et des pseudo bons sentiments. Il faut faire chauffer la carte bleue, oublier que les temps sont durs et les lendemains bien incertains. Roulez braves gens, fermez les yeux, bouchez vous les oreilles et le nez, c'est la fête du commerce superfétatoire.

 


 

Nous devrions pourtant sentir venir le coup fumant. Les télévisions s'empressent de nous mettre la puce à l'oreille, les bêtisiers fleurissent sur toutes les chaines ! Les temps sont à la grande supercherie nationale, oublions notre dégradation, nos désillusions, la récession, les manipulations, les élections à venir. Il faut acheter, tout et surtout n'importe quoi, faire tourner à plein régime, une économie qui court à sa perte en commençant par la nôtre …

 


 

Chaque grande ville s'offre son marché de Noël, ce paradigme de la stupidité d'une marchandisation à outrance du grand n'importe quoi ! C'est le super-marché de la médiocrité, de odeurs nauséabondes, du mauvais goût et de l'attrape nigaud. Le pire, c'est qu'on ce précipite pour aller s'offrir la peluche authentique, le saucisson véritable, l'artisan rustique et le bijou inévitable.

 


 

Pour attirer le chaland, les mairies font assaut de démagogie. On propose le manège qui attire les enfants, la patinoire qui occupe les plus grands, le vin chaud pour réjouir les plus vieux. Des chalets ou des tentes, des installations de fortune ou des fortunes pour quelques jours d'illusions sordides, on fait selon les moyens du bord et on passe par dessus bord les intérêts locaux.

 


 

Des professionnels du commerce nomade viennent piller les derniers sous des gens de la ville. Les commerçant du coin n'ont que leurs yeux pour pleurer, ce qui ne les empêchera pas, le moment venu, de redonner leur voix à ce maire qui est si bien ! Pourquoi, pour animer une ville, donner un peu de gaité à ces jours si gris et si tristes de l'entrée en hiver, faut-il uniquement promouvoir l'acte marchand ?

 


 

Installez de la musique, des chorales, des associations locales, proposez autre chose que cette injonction mercantile. Noël n'est pas la fête du capital, bien au contraire. C'est la célébration des lumières, le retour aux jours qui allongent, l'espoir d'une vie qui s'éveille, la paix et la concorde. Au lieu de quoi, vous nous gavez de marrons grillés et de crêpes fourrées. Vous nous enfermez dans le seul rôle que vous nous reconnaissez : « Clients ! »

 


 

Curieusement, le reste de l'année, pas une seule fois, il vous vient à l'esprit d'augmenter notre pouvoir d'achat. Nous sommes des vaches à lait, des moutons à tondre, des pigeons à plumer, des ânes bêlants. Pour achever la ménagerie, vous nous suggérer de nous gaver de chapons en attendant qu'être plumés le reste de l'année.

 


 

Le super-marché de Noël c'est notre opium final. Nous allons croire que la crise n'existe pas, oublier qu'ils sont de plus en plus à être écartés du gâteau, oubliés, abandonnés. Nous allons une fois encore être anesthésiés par cette frénésie de dépenses absurdes, de cadeaux inutiles qui nous font creuser notre propre tombe.

 


 

Je me suis rendu pour faire quelques photographies sur le Marché de Noël de Cenabum. Le maire qui fait le paon, a installé une grande roue pour que son bon peuple s'envoie en l'air une dernière fois avant le grand saut dans l'inconnu de 2012, dans la récession et la crise. Bienvenue au pays des bisounours, dépensez, dépensez sans compter et surtout ne réfléchissez pas.

 


 

Je n'en puis plus. J'enrage de voir à quel point mes voisins, mes concitoyens sont avides et se ruent dans le piège à lobotomiser les futurs électeurs dociles. Tout cela ne peut plus durer, le monde va à sa perte et on nous y pousse avec un machiavélisme effroyable !

 


 


Décroissement vôtre.   


 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article