Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Les gros cumulards du sport.

Des surprimes aux frais de la princesse Fédération …


    Le sport professionnel a ceci de merveilleux qu'il conserve les privilèges des temps héroïques d'un amateurisme plus ou moins bidon certes, mais très raisonnable dans les sommes alors distribuées. Aujourd'hui, alors que plus rien n'est ni raisonnable, ni supportable, pourquoi faudrait-il se modérer dans l'avidité financière ?

    Il y a pourtant un  immense scandale quand des sportifs, riches au-delà de ce que leurs spectateurs populaires ne peuvent envisager, continuent de revendiquer des primes et des récompenses dès qu'une caméra pointe son œilleton dans un vestiaire victorieux. C'est indécent, c'est affirmer haut et fort que ces sportifs pratiquent, ce qui à la base était un jeu, uniquement pour l'appât du gain.

 


    Il y a plus intolérable encore car nous entrons dans le monde du cumul et nous flirtons avec celui plus répugnant encore du détournement de fonds. Quand les internationaux des disciplines à haute valeur ajoutée touchent des primes « fabuleuses » pour évoluer sous le maillot national. (On parle de 400 000 euros pour la bande des Mickeys de Domenech.)

    Que viennent faire les hymnes nationaux dans ce contexte ? Doit-on encore nous parler de l'amour du maillot, du pays ? Ces gens sont des hommes d'affaires dont les agents sont dans la coulisse pour empocher à chaque sortie des dividendes supplémentaires.

    Il y a détournement de fonds parce que cet argent est versé par une fédération dont la mission devrait être de promouvoir le sport de masse, d'organiser la détection des talents, de proposer des filières de formation. L'argent devrait aller aux clubs, les petits, les pauvres qui battent la campagne à longueur d'année pour boucler leurs budgets de misère.

    Au lieu de ça, on enrichit encore des millionnaires qui sont déjà payés par leurs clubs respectifs, leurs contrats publicitaires et que sais-je encore. Être sélectionné constitue une plus-value qui est intégrée très rapidement dans le salaire du joueur. La prime est une carotte de plus qui reste en travers de la gorge de ceux qui se démènent à longueur d 'année avec des bouts de chandelles.
    L'argent est aspiré par ces sélections de privilégiés, gavés sous toutes les formes possibles. Avion privé, hôtel de luxe, escorte policière, cordons de sécurité, personnel de surveillance, … La note est salée, elle n'a plus aucun rapport avec les besoins nécessaires à la performance.

    Doit-on dormir dans un hôtel particulièrement luxueux pour disputer une rencontre sportive ? Est-ce un moyen judicieux de placer ces jeunes gens dans une dimension collective propice au dépassement de soi. Le confort au-delà du raisonnable donne-t-il encore l'envie de mouiller le maillot et de lutter pour son partenaire ?
    Je crains que la réponse soit dans la question et que cet environnement dont nous continuons à payer une grande partie de la note, ne serve qu'à amplifier encore la machine au phantasme et à l'illusion pour ce petit peuple qui applaudit à toute cette gabegie.

    Ces vedettes devraient au-moins avoir la décence de se comporter de façon exemplaire : avant, pendant et après le match international, puisque de façon indirecte certes mais bien réelle, nous contribuons financièrement à cette mascarade. Au lieu de çà, on voit des garçons dont le comportement est si peu différent de celui de leurs cadets, qui dans nos quartiers, les imitent jusqu'à la confusion, à l'exception notable de la pratique sportive.
   
    Déprimement vôtre.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Didier Rochon 29/11/2009 09:32


Salut Bernard

Bien vu. De toute façon où est le sport maintenant? Les club, notamment au foot sont maintenant des multinationales cotées en bourse. Est-ce là la fonction première d'un club? Maintenant, il faut
que ça rapporte et par conséquent toout ce qui coûte de l'argent est balayé, en particulier la formation. Quand j'entends les sommes qui sont déboursées pour le transfert d'un joueur soi-disant
extraordinaire j'ai envie de vomir, ces informations étant bien entendu relayées à longueur de journée par des médias qui ont le petit doigt sur la couture du pantalon. Ca permet d'éviter de parler
de choses qui fâchent, au hasard l'identité nationale par exemple. D'autant que j'ai l'impression, mais je peux me tromper ne regardant pas le foot, que le talent est inversement proportionnel aux
sommes touchées par ces "demi dieux", la preuve étant qu'ils ne savent même plus se servir de leur pied. J'ai lu un jour une phrase qui m'avait bien fait rire, je cite:"L'homme descend du singe,
mais le footballeur n'a pas encore trouvé l'escalier"
Pour changer de sujet, je suis content de trouver un blog où enfin sont publiés des textes dignes de ce nom, ce qui n'empêche toutefois pas d'y voir un peu d'humeur et d'humour.

Bien cordialement
Didier
Didier


BR 29/11/2009 09:45


merci Dider pour les compliments.

Il faut donner à lire ce site à de nombreuses personnes pour que ce qu'il dit soit pris en compte aux étages supérieurs de notre sport.

Il y a de plus en plus de lecteurs (près de 4 000 ce mois-ci)
C'est grâce à ce type d'espece qu'une prise de conscience peut arriver?
Utopique peut-être mais peut-être pas !

Tes commentaires restent en ligne jusqu'à concurrence de 10.
C'est aussi l'occasion à chacun de s'exprimer et d'être lu ailleurs que sur des forums où il y a hélas un peu de tout et beaucoup de moins …

Amitiés.
BR