Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Les mystères de la cuisine centrale !

L'appétit vient en magouillant !






Une cuisine centrale par définition se doit d'être centrale ou elle perd son intérêt premier, la proximité. Mais la logique et la transparence ne sont pas au menu des décisions intestines de notre bon département. du Loiret Il faut beaucoup d'imagination pour comprendre ce qui peut prévaloir aux revirements, luttes d'influences et autres curiosités qui agrémentent les choix politiques de notre conseil général.

D'abord, nous pouvons nous étonner que l'idée de cuisine centrale, belle invention logistique qui est à  la gastronomie scolaire ce que la trottinette est au TGV, vient faire en une région fière à juste titre de sa tradition culinaire; dans un pays qui a inscrit sa bouffe au patrimoine de l'humanité. Mais cette belle fierté gourmande n'a guère sa place dans nos collèges soumis aux impératifs économiques d'une gouvernance entièrement orientée vers les économies à réaliser.

C'est du moins ce que nous étions en droit de penser quand à l'origine, le projet avait jeté son dévolu sur Poilly les Gien, ville placée justement à proximité des collèges censés être nourris à défaut d'être restaurés par ce bel équipement. Mais quand on se lance dans la liaison froide, la distance ne change rien à la médiocrité de la mal bouffe.

Alors, profitant de l'absence pour cause de maladie de leur collègue du giennois, Jean-Pierre Hurtiger, pourtant lui aussi membre de la majorité, nos chers élus ont décrété le dépaysement de la super cantine tout près du bon Dieu. Meung sur Loire a le double avantage d'être à deux pas de la circonscription de notre bon Président Doligé et de bénéficier d'une zone de près de dix hectares destinée à la construction d'un prochain collège et d'une salle polyvalente (quand 2 à 4 hectares suffisent partout ailleurs). Certains, de mauvaises langues sans doute, iront prétendre que plus on est près du bon dieu mieux on est servi et plus on est à l'aise même si la cantine serait installée sur d'autres terres proches de Beaugency …

Il faudrait alors s'interroger sur l'histoire de ces terrains libérés après une longue et fastidieuse mesure d'expropriation durant laquelle, après un combat acharné en justice, un groupe de propriétaires obstinés réussit à faire passer le prix d'achat de leurs terres agricoles de 1 à 10 euros le mètre carré. Mais vous savez, le souci d'économie est toujours premier dans ces mesures qui ne lèsent que les braves gens.

Nous n'évoquerons pas non plus l'étrange déclassement en zone verte du terrain de ceux qui menèrent la bataille. Des esprits chagrins voyant là une mesure de rétorsion quand il n'y va que du seul intérêt général, celui qui justifie toutes les décisions des élus de la République. Ainsi, l'éloignement de près de quatre-vingt- dix kilomètres de la cuisine centrale des collèges du giennois et du montargois qui restent sur leur faim, s'inscrit dans cette logique d'efficacité (et de pragmatisme comme ils aiment à le proclamer), qui honore tous les votes de nos représentants.

Ajoutons encore que la commune limitrophe de Meung sur Loire, Saint Ay, se verra elle aussi octroyer un collège flambant neuf et vous apprécierez alors comme il est opportun de vivre à l'ombre tutélaire d'un président si soucieux des demandes de ses proches voisins. Ceux qui ont l'inconvenance de vivre trop loin de lui n'auront que leurs yeux pour pleurer de rage.

La démocratie peut sortir encore la tête haute de ce petit malentendu. La décision finale sera prise le 9 novembre. Mes propos, forcément mal informés, mes suppositions ironiques et sans aucun doute bien éloignées du secret des délibérations que ne manquent pas de poursuivre ces braves gens, peuvent néanmoins apporter un éclairage nouveau sur les tenants et les aboutissants de cette modeste controverse.

Je ne doute pas que la sagesse l'emportera sur l'humain, mais pas toujours raisonnable, souci de faire plaisir à son entourage immédiat. Je compte sur votre sagesse, monsieur le Président.

Centralement vôtre.

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Didier Rochon 05/11/2011 18:53



Bonjour Bernard et à tous les autres.


Ce qu'il faut savoir c'est que cette cuisine va être construite sous le régime PPP. Je traduis: Partenariat Public Privé. En gros, le public met la plus grosse partie des sous, le privé un petit
peu, mais c'est ce dernier qui empoche le gros lot. ce genre d'établissement est géré par le privé. Ce qui veut dire que le personnel n'aura pas d'autre choix que d'abandonner son statut actuel
pour rejoindre la précarité d'un groupe quelqonque. Enfin quand je dis qu'ils n'auront pas le choix, ce n'est pas tout à fait vrai puisque ce sera l'application de loi sur la mobilité. On leur
fait des propositions bien pourries du style un emploi à 150 km de chez toi et d'autres saloperies du même tonneau. Tu vois le genre. Je peux dire aussi les établissements qui seront desservis
par cette cuisine industrielle. Meug/Loire, Beaugency, St Ay, Cléry, La Ferté St Aubin, Gien, Poilly les Giens, Montargis et le futur collège Jean Rostand à Orléans (aux alentours de 2016). Vive
les km et le développement durable. Ne pas oublier de rentrer le paramètre risque routier. Ce qu'il faut savoir aussi, c'est que le département est entrain de généraliser les PPP. Les prochains
collèges sont dans le collimateur. Bazoche, Château Renard, Meug, St Ay, Chécy, la Ferté, Traînou et Ferrière. Inutile de préciser que ces marchés sont toujours remportés par les mêmes groupes.
Vinci, Bouygues et autres truands. Ce qui est dramatique dans cette affaire, c'est que n'est jamais pris en compte l'intérêt des mômes. On a bonne mine de faire des semaines du goût, quand le
reste de l'année on leur fait bouffer de la merde, alors qu'il serait facile de faire faire la cuisine par de vrais cuistots qui peuvent prendre leur produits chez des producteurs locaux? Ca se
fait dans certaines régions. Mais il faut pour cela une réelle volonté politique sociale et culturelle. Deux mots complètement absents du vocabulaire à D. (Je n'ose pas écrire son nom). Pour en
finir sur le PPP, sache que les établissements scolaires ne sont pas les seuls visés. La Future ligne à grande vitesse Tours/Bordeaux sera faite sous ce régime. En échange de quelques picaillons
(très peu par rapport à ce qu'ont versé les collectivités) Vinci aura l'exploitation de la ligne pour une durée de 50 ans. 



BR 05/11/2011 19:02



Didier


 


Merci pour tant de précisions qui s'imposent. Un jour ou l'autre, Doligé et d'autres répondront de leurs forfaits économiques devant des tribunaux populaires. Il n'est plus possible de tolérer
ces gens qui bradent les intérêts de la nation ou de nos départements.


 


Ils défendent une idéologie qui conduit les braves gens à la ruine pour le profit de quelques-uns. Nous avons pu remarquer avec l'épisode du référendum à quel point ces messieurs étaient
démocrates.


Vivement un e 6° république citoyenne