Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Lettre ouverte aux bleus à l'âme ...

Messieurs, qu'on a vus odieux !


 



J'eus aimé vous adresser une lettre, en tant qu'éducateur sportif et enseignant aussi.  En l'espace de ce printemps morose, vous avez anéanti le peu que vous n'aviez pas encore détruit. Par votre comportement odieux, vous niez toutes les valeurs qui ont animé les actions  de tous mes confrères auprès de tant d'enfants.

Je doute cependant que vous ne puissiez jamais accéder à ce message de colère, à cette lettre vengeresse qui m'est pourtant nécessaire. Vous n'avez ni l'envie ni, ce qui est plus grave encore, les moyens de donner du sens à ce que je veux vous écrire. Votre parcours scolaire s'est arrêté bien trop tôt pour faire de vous des lecteurs sincères.

Nous sommes de par ce pays, des milliers de bénévoles, qui plusieurs fois par semaine, donnent à des enfants du temps et de l'énergie pour qu'ils s'élèvent dans la vie grâce aux valeurs du sport. Nous pensions partager des idées simples, des mots faciles à comprendre, même pour des gens comme vous, qui n'avez pas beaucoup appris.

Nous disons à nos jeunes : loyauté, respect, amitié et chaque fois que vous paraissez, ils entendent dans votre bouche : opportunisme, égoïsme, cupidité. Nous leur parlons de geste gratuit, d'esprit chevaleresque et de discipline. Vous affichez votre amour immodéré de l'argent, vous ne pensez qu'à tromper l'adversaire et surtout, jamais vous n'obéissez à votre chef.

L'histoire a débuté en 2002 ; quatre ans seulement après cette France Black- Blanc-Beur qui n'était qu'une belle illusion. Je me souviens que suite à la présence de Jean Marie Le Pen au second tour de la présidentielle, tous les enfants de nos quartiers soutenaient le Sénégal et rêvaient de vous voir battus. Cette fois déjà, vous aviez été mauvais, incapable de fournir des efforts pour un pays qui vous fuyez fiscalement.

Puis ce fut ce mondial 2006. Un coup de boule affreux donné par l'idole des enfants. Un geste qui retournait à cette rue où aucune règle n'est jamais respectée. Un Président potiche reçut en son palais le coupable adulé au nom d'une exemplarité qui ne voulait plus rien dire !

Vous avez continué à nous décevoir de compétitions perdues en qualifications laborieuses et douteuses. L'argent, les primes, les hôtels, les scandales ont remplacé le plaisir de vous voir. Vous êtes devenus une équipe sans âme, un regroupement hostile de comptes en banque en Suisse. Combien d'entre-vous paient leurs impôts en France ? Voici une règle simple pour porter ce maillot que vous déshonorez ainsi.

Dans nos écoles, les enfants n'ont qu'un rêve ; devenir footballeur professionnel ! Ils ne jouent pas même dans un club, ils ne voient que votre fric indécent, vos automobiles stupides et votre vie facile. S'ils échouent, ils se tournent alors vers des trafics illicites pour obtenir le même résultat lucratif.

Quand on vous regarde, chacun comprend, qu'il ne sert à rien de bien travailler en classe, de respecter sa parole et d'aimer son métier. Vous méprisez ces gens qui viennent vous applaudir. Vous détestez ce pays pour lequel vous donnez l'illusion de jouer. Vous malmenez notre langue lorsqu'on vous tend un micro.

Chaque fois que vous apparaissez,, un pan entier de notre travail est mis à mal. Nous rêvons d'un sport, école de la vie. Vous en avez fait souillure et puis mensonge, crachat et injure, tricherie et comédie. Combien d'années nous faudra-t-il pour effacer ce sabotage sublime ?


Éducativement vôtre.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article