Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Meeting PS à Saint Jean de Braye : Regard à distance 1

De simples apprentis orateurs.

images.jpeg


Par curiosité, pour écrire un billet, pour aller observer les comportements de mes concitoyens, pour éventuellement me faire une opinion, j'ai assisté à mon premier meeting politique, il n'est jamais trop tard pour se déniaiser ! Le PS du Loiret organisait réunion publique à Saint Jean de Braye dans une salle des fêtes, inaugurée jadis par Jean Zay lui même en 1938. Le symbole était trop beau pour ce parti !

La salle se remplissait d'un public diversifié. Jeunes et surtout moins jeunes, hommes et femmes à presque parité, quelques représentants de la diversité aussi se pressaient dans une pièce qui allait bientôt afficher complet. Deux drapeaux tricolores faisaient taches de couleur, une sono crachait une musique techno parfaitement déplacée.

Sur le mur, un vidéo projecteur nous projetait un slogan prometteur : «  Le changement c'est maintenant ! ». En vedette, un portrait du candidat de ce parti, un portrait qui me fait penser immanquablement à un plagiat de la Joconde : même sourire énigmatique, même cadrage, même fond indéfini, même posture figée. Étrange analogie !

Les porteurs de drapeaux lâchent quelques slogans pour tromper l'attente : «  Valérie député ! » auxquels répondent en écho : «  François président ! ». Je découvre qu'en cette maison, le prénom est la bannière derrière laquelle on se présente, la suite me le confirmera...

Je me suis carré tout au fond de la salle, à l'écart de l'agitation. Observateur neutre, ni vraiment bienveillant, ni tout à fait malveillant, j'observe et je prends des notes sur ce monde étrange que je découvre. Je suis frappé du calme de l'assistance, loin des délires que l'on veut bien nous exposer sur nos écrans. Je suis surpris de l'absence de taches rouges dans l'assistance, la pluie peut-être rend cette foule grise et terne.

Les vedettes arrivent ! Point de musique tonitruante ni de spots ou de stroboscopes. Les héros du jour fendent la foule en toute simplicité. Le costume deux pièces gris lui aussi est la règle chez les messieurs, la cravate est majoritaire. Les dames font, elles, assaut de simplicité. Le public applaudit gentiment.

Les départementaux de l'étape ouvrent le bal des interventions oratoires. Le maire et maître de cérémonie, flanqué de son inimitable bégaiement se lance. Mis à part son calamiteux «  Eh bien, ça commence bien ! » inaugural, il s'en tire plutôt bien dans son rôle de Monsieur Loyal. Il se moque lui même de son défaut de langue, j'aime cette élégance.

Unknown.jpeg


Le secrétaire départemental du PS se lance à son tour dans un exercice laborieux, pénible, bafouillé et plat. Je cesse de compter les « Euh ! » qui traînent en longueur. Il n'est pas fait pour la tribune, il vaut mieux éviter de s'y ridiculiser. Je ne sais pas trop ce qu'il dit, la forme ne permet pas d'accéder au fond.

C'est ensuite au tour de la jeune candidate de la nouvelle circonscription. Même ligne vocale uniforme, même débit accéléré. Chez elle, on devine que l'émotion explique sans doute ces quelques défaillances techniques qui s'amélioreront au fil d'un discours trop lu. Malheureusement la dame commence son intervention en saluant ses collègues du podium. Elle prend son temps pour ce tour de l'entre-soi, avec ce tutoiement qui renforce la congratulation générale. C'est un peu le syndrome du PS, le public est à distance de cette conversationde notables connivents.

Enfin la dame découvre son auditoire, ce public qui aura prochainement à mettre un bulletin dans l'urne. C'est maladroit ! Elle continue à manquer de chaleur, la ligne mélodique du discours ne varie pas jusqu'à cette tirade qui la met en selle : «  Je ne veux plus d'un Président qui me fait honte à chaque fois qu'il prend la parole ! ». Enfin un peu de vie et de trémolos. Il a fallu attendre beaucoup et être patients longtemps.

L'art oratoire n'est pas le fort de nos jeunes militants. C'est pourtant par la conviction et l'art de bien dire les choses qu'ils pourront emporter l'adhésion de leurs semblables. Il y a un manque évident d'expérience et de savoir faire. Je suis surpris de découvrir à quel point ils sont si peu préparés à ce savoir dire indispensable dans la corporation. Le suivant montrera un autre métier !

Unknown-1.jpeg



Localement leur.

à suivre ...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

lobotomie 25/02/2012 16:03


Bien d'accord là dessus.


S'exprimer en public n'est pas si simple surtout lorsque l'on se traine des années d'idées reçues sur les méthodes et la manière de communiquer son "message" (un peu manipulatoire) pour captiver
son auditoire... entre ceux qui hésitent, qui veulent parler de tout ou ceux qui lisent leur déclaration comme une litanie interminable, y a rien de plus pénible que ces meeting.


J'ai eu l'occasion dans ma vie d'assister à un congrès syndical aux Etats-Unis. Il y avait un côté spectacle encore plus ridicule que ce qu'on peut voir ici et dont tente de s'inspirer l'UMP
aujourd'hui avec un côté bien plus minable (à la manière des chanteurs yéyés des annèes 60 qui singeaint les chanteurs de Rock américains) , mais par contre, j'ai vu des personnes très modestes
prendre le micro devant 3000 personnes et s'exprimer naturellement avec une grande aisance très communicative à coller des frissons dans le dos. 


Je me dis que nos "communicants" ont bien des leçons à prendre et que plutôt que de chercher des "méthodes" pour faire de grands discours , l'essentiel réside dans  un travail de
concentration du message à faire passer avec surtout de la sincérité et l'absence de distance avec l'auditoire.


Bon week 


 

BR 26/02/2012 07:00



Lobotomie


 


C'est effectivement la sincérité qui est la plus éloquente !


Encore faut-il quelques conseils pour passer d'une émotion forte et ponctuelle à une répétition dans le cadre d'une campagne.


Je redis que la jeune candidate était sincère mais bien trop maladroite et qu'il est fort dommage que les cadors de son parti, le discours de Delanoé "torché" se soient enfuis pour un départ
précipité.


Quelques conseils eurent été salutaires à la jeune dame.


Maintenant, il y a bien sûr un fossé avec les discours de Sarkozy qui ne pense rien de ce qu'il lit et ça se voi vraiment même si le comédien est très bon ..



marie-cerise 25/02/2012 09:22


Assez peu friande de ce genre de retrouvailles j'ai quand même gardé le souvenir de quelques -unes auxquelles , jadis , j'ai assistées !


  Une mention spéciale pour ce meeting un temps de Régionales qui réunissaient Bernard Tapie et Léon Schwartzenberg .....Un Bernard Tapie bondissant dans un show à l'américaine et un pauvre
Léon Schwartzenberg dont le charisme était complétement étouffé par l'agitation qui l'entourait ....! Je l'avoue , je me demandais sur quelle planéte je venais de tomber !


  Par le suite , je n'ai joué la groupie que dans des décors beaucoup moins flamboyants et toujours trés discrétement !


   Bon week-end à vous !

BR 25/02/2012 16:51



Cerise


Je n'aime guère moi aussi ces moments de l'entre-soi.


J'aimerais des débats contradictoires, sur l'espac public.


Sur un tonneau car je m'y sentirai comme un poisson dans l'eau !