Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Militants et bénévoles, si loin des lois du marché

Militants d'une société du partage.

De quel bois sont-ils faits ?

 

Avant-hier à la Bastille, hier à Vierzon, des hommes et des femmes ont travaillé d'arrache-pied pour que les rendez-vous soient des succès. Ceux-là sont militants, ils défendent une cause, ont foi en un espoir. D'autres se mobilisent pour l'organisation d'un concert associatif, d'une marche sur nos chemins, d'un tournoi de sport.

 

Ceux-là sont bénévoles tout autant que les autres, ils sont également militants, même si beaucoup se plaisent à rabaisser ce terme, à le réduire par mépris, ignorant cette belle tâche politique, ou à considérer avec dédain celui qui fait action syndicale ou citoyenne, alors que dans le même temps, on met en avant le rôle des autres, comme si ce n'était pas les mêmes …

 

Bénévoles ou militants, ils sont au service des autres, se lèvent très tôt pour préparer une action dont ils ne profiteront même pas ou simplement au travers du plaisir d'avoir contribué à sa réussite. Ils sont de faction sur un parking, loin de l'action, petits humains habillés de jaune, ils guident, orientent, surveillent quand les autres iront sur les lieux d'une action dont ils ne verront rien.

 

Ils sont encore derrière une table de bois. Ils servent, ils répondent aux exigences d'une foule qui se pressent. Ils doivent manier la pompe à bière et la cafetière, rendre la monnaie, sourire et rester calmes. Ils ne verront rien non plus, ils sont pourtant ceux qui vont alimenter la pompe à financement, le nerf d'une guerre chaque jour plus compliquée, surtout pour les petites associations.

 

Ils portent brassard et font action de surveillance. Ils guident, surveillent, encadrent. Ils sont dans la foule, dans l'action et devront tout ranger comme ils avaient tout installé auparavant. Ils sont tous dévoués, ne vont pas compter leur temps, travailleront sans retour financier. Ce n'est pas l'argent qui est leur moteur, je sais que la chose parait incroyable aux adeptes d'un libéralisme outrancier, d'une rentabilité permanente de toute activité humaine.

 

D'autres feront du porte à porte pour sensibiliser, distribuer des tracts, convaincre, proposer des journaux. Certains passeront des nuits à coller des affiches à la gloire d'un candidat ou pour annoncer un évènement. Ils jouent du pinceau en épiant les alentours. Ils ont la foi chevillée au corps pour tenir le coup et agir ainsi.

 

 

Je les admire plus que je suis des leurs. Je suis à distance, surtout de la chose politique. J'envie leur conviction qui leur fait supporter les remarques, accepter les attaques, encaisser les coups bas. Je leur tire mon chapeau car sans eux, notre démocratie n'aurait pas cette vigueur qui ne doit presque rien à ceux qui, arrivés aux sommets, ont oublié le chemin parcouru.

 

De quel bois sont-ils faits ? Je ne cesse de me poser la question quand je les vois agir ainsi en dépit des propos d'un chef d'état qui vilipende ce qu'ils font, qui réduit en cendre leur action, qui pointe du doigt alors que lui, de sa tour d'ivoire, utilise des professionnels pour mener à bien les mêmes tâches.

 

On ne peut faire confiance à celui qui a oublié ou qui n'a jamais été un individu lambda, un pion de la base, une simple courroie de transmission d'un idéal partagé. Il est de ceux qui sont nés une cuillère d'argent dans la bouche, qui se contente d'aller chercher les enveloppes chez tatie Liliane ou bien de recevoir les ordres et les chèques des amis du Fouquet's.

 

Gloire aux bénévoles et aux militants. Puisse-t-il y en avoir longtemps encore dans cette nation pour croire à un idéal, rêver à des jours meilleurs, réaliser des rêves, embellir le quotidien. Qu'importe vraiment ce qui les anime et la nature de leur passion. Ils méritent des éloges et ce modeste billet n'a d'autres motifs que de leur tirer mon chapeau !

 

Admirativement leur.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Le vilain petit canard 66 08/04/2012 08:58


Aaaah Godin, il y en a deux qui sont remarquables, le Noël Godin, entarteur belge et patenté et évidemment l' inventeur du célèbre poêle un "sacré personnage" qui mériterait un bel article .....


http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Baptiste_Andr%C3%A9_Godin

C'est Nabum 08/04/2012 10:30



Canard


 


Quant à celui de Marseille, avant qu'il ne prenne une retraite plus que nécessaire, il vera de quel bois se chauffe le FdG !


Et une petite tarte lui fera le plus grand bien pour se refraichir les esprits !



Le vilain petit canard 66 06/04/2012 13:41


Bonne nouvelle .... à Marseille, la municipalité a finalement autorisé le cortège sur le Prado, et pour la musique, elle viendra de Roubaix .... Vive la Nation et le
mélange .... Mélangeons !


http://www.dailymotion.com/video/xfzjnb_hk-les-saltimbanks-on-lache-rien_music?search_algo=1

C'est Nabum 06/04/2012 18:12



Canard


 


Nous irons nous réchauffer autour d'un bon Godin s'il fait froid sur la plage !



Kakashi 05/04/2012 21:51


Le mot partisan serait plus juste.


 

C'est Nabum 06/04/2012 06:27



Kakashi


 


Certes ils sont partisans mais ceux qui portent toute la logistique à bout de bras sont aussi bénévoles. Ne distingons pas les bonnes volontés, souvent d'ailleurs ce sont les mêmes !



Kakashi 05/04/2012 21:28


http://www.youtube.com/watch?v=PT05hHJOBiA


Pour la musique !;)

C'est Nabum 06/04/2012 06:25



Kakashi


 


Merci beaucoup !



Le vilain petit canard 66 05/04/2012 11:10


Oui, je suis très admiratif moi aussi, et même reconnaissant envers ces milliers  d' anonymes dévoués.


Hier la Bastille, ce soir Toulouse, (et là ça promet) et après Marseille (encore plus) malgré les tracasseries des élus locaux ...

C'est Nabum 05/04/2012 11:25



Vilain Canard


 


Rassurez-vous, les élus locaux peuvent bien les tracasser, ils ne doivent pas oublier qu'ils ne sont pas bénévoles et qu'ils sont tous sur un siège éjectable.


Le peuple n'a plus rien à perdre quand eux on tout à perdre.