Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Pour un mot de trop !


Les égouts et les collecteurs (de voix) ont toujours fait bon ménage !


La rase campagne du second tour bat déjà son plein d'abjection et de compromission. Celui qui se prétend encore notre chef d'état, et qu'il est de plus impossible de respecter, se vautre dans l'ignominie pour draguer les voix du Font National. Nous battons des records d'indécence, tout ce qui se fait de plus bas dans la maison de la haine est repris par le petit homme pour qui une élection vaut mieux que tous nos principes républicains.

 

Nous nous doutions de ce qu'il allait faire, comment il allait se vautrer dans la démagogie la plus sordide pour récupérer cette immense réserve de voix qui lui tend les bras. Là où ses prédécesseurs avaient posé comme principe de ne jamais s'allier avec le diable, lui, ferme les yeux et les naseaux pour tendre la main droite à la fille de Lucifer.

 

C'est la foire à la xénophobie, c'est la chasse à la solidarité, c'est l'hallali pour la plus belle des idées de notre devise. La Fraternité devra être rayée de nos frontons, le petit homme et sa sœur de lait (laid tout autant) ont désormais rayé de la carte cette si belle notion. Il était un temps où le même souhaitait que la constitution européenne évoque les valeurs chrétiennes de l'Europe. Ce souci est bien loin maintenant, nos frères ne peuvent être que gaulois, prétend le fils du Hongrois.

 

Ce qui est étranger est maintenant le mal absolu. Dehors les travailleurs sous-payés, les forçats de nos patrons esclavagistes, ils n'ont plus rien à faire ici. Dehors les familles, les enfants de la deuxième, de la troisième génération, il faut faire place nette à ce désir de race pure, d'espace nettoyé de cette autre religion qui n'a plus sa place ici.

 

Le musulman remplace le juif. Chaque génération s'offre son bouc émissaire bien commode, d'autant plus facilement, que je le concède aisément, il y a un double jeu machiavélique entre les deux camps. Le rejet de l'un par l'autre se conjugue dans les deux sens. La Fraternité se limite à une culture identique.

 

Nous ne sommes pas au bout de nos peines. Toutes les valeurs qui ont fondé notre nation sont battues en brèche par cet homme aux abois, prêt à tout pour poursuivre son œuvre malfaisante. Il faut flirter avec la haine, soit, il le fait avec une délectation qui me donne envie de vomir. Il faut s'accoquiner avec la partie la plus réactionnaire de l'électorat, il pourfend le droit du travail, il méprise les petites gens, il attaque les avantages sociaux, il s'attaque au premier Mai, symbole de tant de luttes glorieuses.

 

Il se fait le défenseur de ceux qui travaillent dur pour gagner plus d'argent. Il a bien eu raison de préciser ce détail d'importance. Il efface ainsi d'un revers de la main cette multitude, dont font souvent partie les étrangers d'ailleurs, qui travaillent bien plus que dur pour ne pas réussir à vivre convenablement. Ceux-là, ils ne comptent pas pour cet homme arrogant et méprisant.

 

Les ouvriers sur les chantiers, les ouvrières dans les usines, les employées aux horaires fragmentés, aux journées interminables, les individus dans les métiers pénibles, salissants, en extérieur ou dans des conditions effroyables sont des gagne-misère, des êtres sans talent qui méritent leur sort et ne cessent de se plaindre. Plus aucun droit plus eux, plus rien pour les opprimés. Il faut tendre une main secourable aux profiteurs qui ne cessent de se gaver sur la carcasse du pays.

 

Nous sommes revenus à cette France pétainiste qui a changé de devise et supprimé la République. Après la Fraternité, c'est l'égalité qui sera en ligne de mire de ce monstrueux personnage. Rassurez-vous, il ne touchera pas à la liberté qu'il ne conçoit qu'accompagnée du verbe entreprendre !

 

Nous redoutions que la campagne ne prenne des tours dramatiques. Ce qui est incroyable, c'est le peu d'écho que provoquent ces positions extrêmes. Chacun s'attendait à ce qu'il en soit ainsi et presque personne ne s'en offusque vraiment comme si les esprits, cinq années durant, avaient été anesthésiés.

 

 

Plus que jamais, il faut que les démocrates, les croyants sincères, les humanistes, les braves gens, les défenseurs des droits, les libertaires, les syndicalistes, les pacifistes, les tolérants, les laïcs, les musulmans éclairés, les amis de la paix, les libre-penseurs, les militants et les sympathisants de tous les autres partis, les jeunes, les plus vieux, les retraités, les hommes, les femmes fassent barrage à ce terrible personnage qui doit bien vite et à jamais disparaitre de notre pays.

 

Fraternellement vôtre.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Kakashi 26/04/2012 09:41


D'un côté, il y a les racistes du FN, et de l'autre les collabo de gauche qui pour lutter contre le racisme et l'exclusion collabore avec le communautarisme (qui équivaut aux même valeur de rejet
que le racisme).


Vous ne valez pas mieux les uns que les autres.

C'est Nabum 26/04/2012 17:33



Kakashi


Je vous en prie, retirez ce "Vous"


 


J'ai toujours réclamer une position ferme sur des valeurs intangibles propres à notre Nation qui ne se transigent pas.


Je ne suis pas un collabo de gauche; SVP



Kakashi 26/04/2012 09:33


Il ne disparaîtra jamais totalement du paysage républicain Français car il siègera au conseil constitutionnel. N.S deviendra un Sage de la République et de plein droit.


Pour ce qui est de la main d'oeuvre étrangère, beaucoup, trop nombreux, travaillent sans être déclaré et se font sur-exploité par des personne peu scrupuleuses.


C'est pourquoi je suis favorable à régulariser l'ensemble des personnes sans papiers.


Ca me paraît une mesure de bon sens (beaucoup plus que le vote des personnes étrangères et la possibilité d'être élus aux municipales), car l'Etat doit savoir qui se trouvent sur son territoire
et par ce biais, lutter contre le travail dissimulé, car la première victime n'est pas le fisc, mais le travailleur lui même.

C'est Nabum 26/04/2012 17:31



Kakashi


 


Il ne restera pas au pays


Il traîne trop de scandales, il fuira dans un paradis fiscal et nous verrons la véritable face de ce sinistre personnage.


Le vote des étrangers est un vrai problème car c'est un argument qui permet à Sarkozy de faire peur d'agiter le chiffon rouge ou intégriste. Il ne faut pas se précipiter sur ce dossier et établir
vraiment des critères d'intégration et de vote (la maîtrise de la langue semble un préalable)


 


Quand à la régulation c'est normal quand il y a travail et ce sont les employeurs les premiers fautifs et non les travailleurs