Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Premier avril, un rouget dans le dos en marchant le front haut

Il y a de la friture sur la ligne.

Et si nous poussions le bouchon plus loin ?

 

 


L'actualité a pris dans ses rets les pauvres pêcheurs que nous sommes. Nous nous sommes fourvoyés dans cette campagne, nous qui pensions qu'un gros poisson seul pouvait sortir la tête d'une eau trouble et parfois croupie. Que nenni, la bouffée d'oxygène est venue de l'autre côté de la Méditerranée par un petit Rouget frétillant.

Ne tombez pas dans les pièges qu'on vous tend, la journée sera propice à farce déplacée, à propos scabreux. L'humour est au seul profit du dénigrement et du nivellement de la pensée. Tout est prétexte à queue de poisson, arête qui vous reste coincée dans la gorge, propos visqueux et paroles en l'air. (ce qui est assez paradoxal).

Le tenant du poisson fiché dans le dos de ses adversaires, de la grosse moquerie, du doigt pointé pour dénoncer leur médiocrité est un drôle de poisson. Il se complait dans les fosses profondes, les abysses de la pensée. Il s'affiche avec une belle sirène italienne, une illusion pour séduire la ménagère romantique, le vieux matou grivois.

Son rival patenté pêche à la traîne. Il rame quand l'autre file grand train. Il a même plombé les espoirs d'une période de fraie si prometteuse. Depuis, il tient davantage du poisson d'élevage que du poisson de pleine mer. Il oublie de nous faire rêver, il se dore au soleil quand les temps sont venus d'un combat rude et sans pitié. Il ignorait qu'il allait se retrouver dans un panier de crabes.

Les autres, poissons d'eau douce dans une mer démontée se demandent bien ce qu'ils sont venus faire dans cette galère. Ils rêvaient d'un peu de fraîcheur, de trouver un espace pour frayer en toute tranquillité, pour s'offrir l'espace d'une campagne de pêche aux voix, une petite notoriété pour l'avenir. Ils se sont retrouvés les branchies dans l'eau. Pas de place pour les petits cette fois, la petite friture sera croquées toute crue !

Reste la fille de la Marine. Jamais aussi à l'aise qu'au creux de la vague, dans la houle et le vilain temps. Elle attend un mauvais grain pour dénoncer les espèces d'importation, les poissons exotiques dont elle ne cesse de remettre en cause la fraîcheur et la volonté de nager dans les mêmes eaux. Elle se prend pour une déesse, elle n'est qu'une épave d'une vielle idéologie.

Alors, le rouget barbet et jamais barbant se régale, il remue l'aqueux. Il fait du bruit, rassemble des bancs immenses de petits poissons. Il fait peur aux gros, aux requins de la finance, aux vieux loups de mer des campagnes entre-soi. Il modifie la donne, bouleverse les courants, perturbe les certitudes des sondeurs. Avec lui, il faut s'accrocher pour suivre sa folle remontée.

Nous observons cette bataille navale. Nous nous amusons des ronds dans l'eau que font les deux gros, nous ne sommes pas dupes de leur impuissance à changer le monde. Ils ne nous promettent plus la Lune, ils se contentent de nous laisser dans la vase. Ils se pensaient poissons volants au-dessus des autres, ils découvrent qu'un drôle de Rouget vient leur brouiller leur onde pure.

Alors, en ce premier avril, si vous sentez un petit vent frais dans votre dos, une brise légère qui annonce une tempête terrible, une foule qui se fera houle, un espoir qui ouvrira les eaux, c'est qu'on vous accroché le Rouget dans le dos. Vous pouvez marcher le front haut, le cœur bien ancré à gauche, le poisson d'avril sera le vainqueur du mois de mai.

Qu'importe si tout ça n'est qu'un rêve, une belle histoire sans queue de poisson ni tête de hareng frit, nous sommes bien décidés à aller à la pêche au gros et si nous ne gagnons pas, nous aurons au moins le plaisir de leur faire sentir le vent du boulet. Poisson d'avril, êtes-vous certain ?

Poissonnement vôtre.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Janice 02/04/2012 10:25


Comparer ce panier de crabes qu'est la gente politique à un ban de poissons, c'est original ;)


Espèrons seulement qu'au mois de mai nous n'ayons pas un second poisson d'avril .... ce qui ne serait pas drôle du tt..


Bonne journée et bonne semaine C'est Nabum

C'est Nabum 02/04/2012 11:41



Janice


 


J'ai cette prétention d'amuser parfois et je m'y emploie.


Ceux qui sont évoqués ici ont pour beaucoup une toute autre intention et nous pourrons finir par pleurer.