Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Quand l'eau vient à manquer …

Descendre à bas fond.



_IGP6496.JPG

     La Loire en cette fin d'été se fait indolente. Elle musarde le long de ses berges pour laisser s'endormir paisiblement les derniers beaux jours. Notre mission est simple ; de Chateauneuf, descendre jusqu'à Combleux un futreau pour la fête ligérienne de ce village magnifique entre Loire et Canal.
_IGP6415.JPG
    Le bateau à fond plat s'enorgueillit d'offrir peu de prise à ces caprices aqueux. Mais, il y a des limites qu'il ne faut pas franchir sur la Loire comme ailleurs ; avoir le cœur ou le pied sec n'est jamais très agréable en ces temps d'étiage.
_IGP6422.JPG
    Sur notre esquif, nous ne craignons pas ce travers. Nous eûmes souvent l'occasion de mettre les pieds à l'eau pour tirer, pousser, dessabler celui qui ne trouvait plus tirant d'eau à son goût. La descente prit alors des allures d'épopée et il nous fallut quatre heures pour accomplir ce trajet d'à peine vingt kilomètres.
_IGP6435.JPG
    Le départ du port castelneuvien fut pourtant des plus faciles. Mais hélas, sur la berge,  paressaient des dames charmantes et notre commandant de bord, fidèle à la tradition marinière décida de jouer les gros bras pour satisfaire au plaisir des spectatrices. Nous nous mîmes à la bourde pour sortir dignement de ce port et quitter la perche haute notre ville d'amarre.
_IGP6486.JPG
    La bourde, pour le quidam terrestre, est un long bâton de bois flanqué en sa grosse extrémité d'un pic en fer qui l'enserre comme un fourreau pour propulser à la manière gondolière un bateau de 12 mètres de long. Il faut jouer les hercules de foire pour  juguler les caprices contradictoires du courant et du bateau.
_IGP6432.JPG
    Hors de portée de nos dames et du village, nous passâmes au moteur. Si le moyen n'est pas traditionnel, il n'en demeure pas moins d'une rare et confortable efficacité. Mais bientôt il fallut déchanter, l'hélice touchait le fond et nous tout autant ! La bourde redevint notre seul moyen d'aller de l'avant.
_IGP6438.JPG
    Pourtant, en plusieurs occasions, le bain de pieds fut nécessaire pour nous tirer de vilains bancs de sable. La Loire n'est jamais la même, elle est fleuve vivant et fille capricieuse. Elle aime à défaire son lit, le façonner différemment, tendre des pièges et proposer des impasses à ceux qui veulent la dompter. Cailloux et tourbillons, bîmes et culs de grèves, contre courant et goulets, elle aime à nous faire tourner en bourrique.
_IGP6479.JPG
    C'est au pont de Jargeau qu'elle se fit la plus indocile. Une barre de calcaire, des pavés qui affleurent, un trop mince filet d'eau, le passage nous semblait impossible. Le commandant et le mousse quittèrent l'embarcation pour prendre de la hauteur. Sur le pont, ils cherchèrent la voie d'eau, ce passage possible qui nous sortirait de ce piège.
_IGP6473.JPG
    Ils revinrent sur le bateau fort mouillés mais ravis d'avoir aperçu une petite porte étroite entre pile et talus, là où la vague se fait la plus inhospitalière. C'est ainsi qu'en prenant élan et courage, nous affrontâmes ce goulet d'étranglement. Il s'offrit sans trop de dommage, seule une gaffe passa par dessus bord dans l'agitation lorsque nous embrassâmes un peu violemment par le flanc un rocher mesquin.

_IGP6456.JPG
    De Jargeau à Combleux, nous mîmes encore les pieds dans l'eau et la bourde fut souvent l'ultime recours pour mener notre grosse barque au pied de la fête. Quatre heures et beaucoup de moqueries à notre arrivée ; les mauvaises langues prétendant que nous avions traîné comme de vilains piliers de barre.
_IGP6520.JPG
    Bourdement vôtre.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Danièle Sala 31/08/2010 09:50



Oh ! les couchers de soleil sur la Loire...Sublimes . Pour les jules de la Loire, ça manque de "julies" quand même . Tiens, ça me rappelle une belle chanson de Romain Didier Julie la Loire .


Je n'ai pas encore tout vu ...


Curieusement vôtre



BR 31/08/2010 11:59



Danièle


 


Les Jules sont des garçons qui jouent au Rugby. Ils y viennent sans les Julie.


Romain Didier, la belle référence que voilà. Il y a également une belle chanson "Julie" chantée en son temps par Marcel Amont. Des paroles à vous rendre jaloux de ne pas les avoir écrites.


Bon voyage dans mes chroniques vagabondes.


Parolièrement vôtre



marie-jo 31/08/2010 06:48



...et ligériennement tienne...



BR 31/08/2010 08:21



Mari-jo


Ne change pas de bourde, deux articles à venir sur ce sujet inépuisable.


Bonne rentrée à toi, profite des images pour rester en vacances !


Batelièrement tien