Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Quelques fleurs de chardon ...


Ne font pas encore le printemps !

Je me suis piqué le cœur en retournant voir mon ancienne équipe que j'ai abandonnée lâchement, il y a peu. Malgré un match du Tournoi, ils jouaient un match de championnat, c'est la mauvaise habitude prise par une Fédération qui ne respecte guère ses adhérents, surtout quand ce sont de simples amateurs anonymes.

 

Les quelques minutes auxquelles j'ai assisté me chagrinèrent. Équipe en perdition, régression collective, les garçons étaient totalement dépassés par un adversaire beaucoup plus mobile et qui se faisait des passes. Je mesurai alors le fossé qui s'était creusé entre les intentions initiales et la triste réalité du moment ; il était temps que je quitte le navire !

 

J'arrivai juste à temps pour les hymnes devant un écran de télévision qui m'accorda droit d'asile. Moment d'une rare intensité quand tout un peuple chante merveilleusement ce « Folwer of Scotland » qui me réconcilie quelques instants avec les chants patriotiques. Hélas, une prise de son calamiteuse prive en partie les téléspectateurs de ce moment sublime.

Ecosse-France-Pape_full_diapos_large.jpg

Les Écossais ont une équipe à leur image, généreuse, enthousiaste, naïve aussi. Les blancs entament la partie tambour battant , ils multiplient les temps de jeu, confisquent le ballon à des bleus réduits au rôle de spectateurs. C'est un déluge de mouvement latéral, de passes et de rebonds du jeu. La défense n'est pourtant pas menacée.

 

Il faut une mauvaise passe, un reversement de sens et un débordement efficace pour que le rideau Français se déchire. C'est la septième minute de jeu, les Écossais marquent en coin un essai qui sera transformé. En trois actions, ils se sont fait 31 passes, n'ont donné qu'un coup de pied quand leurs adversaires se sont contentés de 2 coups de pied et d'une passe. C'est une entame impressionnante !

tournoi-des-6-nations-Ecosse-France-17a23.jpg

Le premier quart d'heure sera nettement à l'avantage des blancs. 44 passes pour seulement 3 coups de pied d'un côté et 6 passes pour des coqs réduit au rôle défensif et qui commirent déjà deux en-avant. Allons-nous être mangés tout crus ?

 

Pas vraiment, car si les Écossais continuent de se gaver de mouvement, ils sont stériles et s'exposent à des contres bien plus tranchants. L'action qui illustre ce rapport de force se situe à la 22° minute. Les blancs traversent plusieurs fois la largeur du terrain, ils se font 26 passes, ont donné deux coups de pieds offensifs, le ballon a changé trois fois de main et pourtant ce sont les bleus qui en deux passes et un coup de pied manquèrent bien d'aller à dame. Hélas, Vincent Clerc manqua de soutien !

 

Ce qui devait arriver arriva tout naturellement. Les bleus plus réalistes marquent un essai qui ne leur demanda que trois passes et deux temps de jeu. Une percée de Trinh Duc, une passe sur un pas de Clerc et un déboulé plein de détermination de Fofana montrèrent aux blancs que le mouvement stérile ne sert pas à grand chose.

 

A la mi-temps, un score de parité au planchot pour 100 passes d'un côté contre seulement 45 de l'autre. En terme de rentabilité, les efforts des Écossais n'étaient pas payés et ce n'est , hélas pour eux, pas nouveau. Pourtant, je ne peux m'empêcher d'admirer cette option qui finira bien un jour par payer et déplorer le manque d'initiative de nos tricolores.

Unknown.jpeg

En seconde période, le rapport va sensiblement s'équilibrer dans le domaine des passes. Les Français en feront 58 contre 91 aux valeureux joueurs au chardon. Au terme d'un premier quart d'heure assez insipide, ils vont marquer un essai en 4 petites passes, une misère pour eux, avec 3 changements de main, ce qui est assez préoccupant pour les hommes de Saint André. Ils mènent alors 17 à 1 » et rêvent enfin de remporter une victoire après une année de disette.

 

Mais , c'est encore le réalisme froid d'une équipe solidement calée sur une défense de fer qui sera payant. Un autre essai en 4 passes quand dans le même temps, les blancs sont capables de faire une action énorme de 26 passes qui réjouit les yeux mais certainement pas les amateurs d'efficacité.

 

Le score sera meublé d'un drop et de deux pénalités pour terminer la partie sur un 23 à 17 en faveur des tricolores. Le panache fut Écossais, la maîtrise Française. Je trouve néanmoins qu'il y a comme un manque de bonheur dans ce jeu Français qui gagne sans enthousiasme. Les chantres du pragmatisme se réjouiront de s'appuyer ainsi sur une défense de fer et des talents individuels qui font la différence..

 

Nous verrons bien si ce sera suffisant contre nos autres adversaires. Il faut laisser du temps à cette équipe, nous leur feront ce crédit. Mais que j'aime cette générosité Écossaise ! J'apprends que mon ancien club a subi la loi de l'équipe visiteuse : 26 à 10. Décidément, je porte la poisse !

 

Nuancement vôtre.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Bernard 28/02/2012 15:57


Bonjour Bernard,


Comment peux tu dire que notre A ait été en perdition alors que tu n'as assisté qu'à un fragment de match. Où est passée ton objectivité ? Partie avec tes convictions rugbytiques ???? En effet,
je n'ai pas vu le même match que toi devant l'Ovale de Loire. Voici quelques faits qui me font penser qu'il en fut tout autre que ce que tu indiques dans ce billet consacré à France Ecosse et où
je ne vois pas bien ce que viens y faire le résultat du CJF en introduction et en conclusion.


Notre équipe a joué dès la 12e minute à 14 !!!  ce qui fait que dans les 68 minutes restantes, et bien que je reconnaisse de la valeur aux Ovaliens ligériens, il n'ont gagné le match
que 17 à 10 ce qui est bien maigre quand on joue à 15 et que semble t-il on est un virtuose de la passe (pour info le résultat final est 24-10 pas 26-10 soyons précis !). Pire ... nous gagnons la
seconde mi-temps 5 à 0 !!!! Alors qu'en penses tu ???  Moi j'y ai vu une équipe combattante et qui aurait mérité le bonus défensif du coup tant elle a mis de l'ardeur à bousculer
l'adversaire, à lui marcher dessus et à le marquer au fer blanc. Je pense qu'à 15 vs 15 le match aurait tout autre tant j'ai vu (et oui je suis allé également sur le terrain) le doute dans les
yeux des Ovaliens en seconde mi-temps.


Pour le reste tu as bien eu de la chance de voir le match de l'équipe de France ... moi je préférais défendre encore et toujours les couleurs, nos couleurs du CJF.


 

C'est Nabum 28/02/2012 21:33



Bernard


 


Il est clair que je n'ai plus aucune légitimité à venir au Cercle et que je vais en tirer immédiatement les conclusions qui s'imposent.


J'ai vu une demi-heure à encéphalogramme plat, j'ai vu aussi un carton rouge aussi assassin que stupide d'un monsieur qui ne connait rien au rugby et qui est d'une fatuité invraissemblable.
Pourtant j'ai évité de l'écrire pour ne pas aggraver les maheurs du Cercle et je pense même que cet individu a agit ainsi à cause de moi.


 


Alors oui, Bernard, je n'ai plus rien à faire au cercle et ce que j'ai vu m'a fait si mal que je ne reviendrai plus ! 


 


Tes reproches attestent aussi que personne n'a compris que je laissais ma santé à défendre quelque chose qui n'était pas partagé par tous. Je me retire définitivement et j'espère que vous vous
reconstruirez en dehors de ce que j'ai cr bon vous apporter et qui a TOTALEMENT échoué en 5 ans plus néfastes qu'utiles à ce club que je ne saurai jamais aimé comme il le mérite