Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Racisme ordinaire dans la file d'attente du film : "Invictus"

Les enfants de Besson & de Sarko se sont trompés de film.
bd0b34ca5e2dd9ad0dc32d8bfc9a5757 w350

Vendredi 15, une date rêvée pour cette occasion, j'ai conduit au cinéma ma gentille classe de sixième venant d'un collège de zone sensible, au cœur d'une galerie marchande d'un autre monde que le leur. Ils se faisaient un joie d'aller au cinéma comme des grands. Pour certains, c'était la première fois, c'est vous dire si nous vivons une société à plusieurs vitesses...

Au programme : « Invictus », le dernier film de Clint Easwood. Un élève en avait parlé en classe, nous avions fait un cycle d'initiation au Rugby, la figure de Nelson Mandela et l'apartheid pouvaient justifier une sortie tout autant pédagogique que méritée pour cette classe formidable.

Onze enfants, issus de la diversité de ces quartiers cosmopolites qui accueillent, à la périphérie de ces villes les laissés-pour- compte de cette société. Point besoin d'être un grand spécialiste de la physionomie pour deviner leurs origines. Si ça se remarque comme le nez au milieu de la figure, ce n'est ni un crime ni une infamie.

article mandela2

Pourtant, dans la fille d'attente bien vide à 13 heures 20 un vendredi, six jeunes lycéens, trois garçons et trois filles, le détail a sans doute son importance, ethniquement homogènes si je puis me permettre une remarque pourtant interdite dans les statistiques. Si la vêture ne fait pas le moine, elle définit assez bien l'origine contrôlée et je suppute que ce groupe ne venait pas d'un lycée public.

Dès notre apparition, des nez qui se pincent ; les sens olfactifs sont beaucoup plus développés quand on aspire à s'élever dans notre société. Le réflexe est fréquent et je pense que d'autres personnes de la file craignaient elles-aussi de devoir subir bruits et contrariétés pendant un spectacle où chacun aspire au calme.

Mais le pire était à venir. Le résultat d'une éducation séparée, d'un air du temps nauséeux que propagent nos élus, ici dans cette ville de Cenabum, noyautée par une phalange droitière qui expérimente la politique sécuritaire pour notre pays.

Ces jeunes gens de bonne famille, n'ont pas compris leur forfait. Le racisme ordinaire en allant voir un film qui dénonce cette plaie purulente. Le propos xénophobe pour séduire une jeune fille, faire le malin devant ses pairs, exister un peu. C'est pitoyable, c'est écœurant, c'est affreux !

Quand j'ai demandé des explications, l'abruti n'a pu que répondre : « C'était pour m'amuser ; c'est de l'humour ! ». Que la honte de ce garçon rejaillisse sur ses semblables ! Le racisme est donc, dans cette société, une forme poilante de l'humour. Expulsions, contrôles d'identité au faciès, misère, inégalité sociale et scolaire sont les sommets du comique.

On a bien ce qu'on mérite quand l'humoriste officiel se nomme « Bigard ». La fange n'est jamais loin et ces jeunes gens s'y vautrent avec délice et sans remords. À la fin du film, j'eus espéré qu'ils reviennent s'excuser, remués qu'ils auraient pu être, par ces images fortes, par ces sentiments nobles, par ce modèle d'humanité et d'intelligence qu'est Nelson Mandela.

Rien de tout cela n'a dû toucher ces pauvres avatars d'une caste privilégiée. Ils sont aussi dénués de conscience que d'intelligence. Si par hasard, ces quelques lignes venaient à leur connaissance ou à celle de leurs géniteurs, je les invite à passer une journée en compagnie de ceux qu'ils méprisent avec tant de morgue. Une journée au cœur du ghetto pour repenser enfin leur système de valeurs.

article_mandela2.jpg

Pour lutter contre les effets des politiques Besson et Sarkozy, pour alimenter la réflexion et effacer les effets détestables du débat qu'ils ont instrumentalisé, allez voir « Invictus », à moins que des futurs électeurs de l'U.M.P. vous en empêchent !

    Mandelament vôtre.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Tryphon 21/01/2010 22:42


Lecteur occasonniel, j'aime à venir chez vous ; vos billets parlent simplement de la vraie vie -ce qui est déjà très inconvenant-.

Je l'ai lu, avec étonnement, celui-ci ailleurs aussi ; sur un "journal citoyen".
Où heureusement on a un peu recadré vos propos avilissants [et ovalisants] !!!

Je crois qu' aujourd'hui vous comprennez pourquoi certains disent que souvent son rédacteur fait mouche(s).
 Faisant ainsi remonter l'étymologie de "gazette" à "légère production de méthane".

Vous êtes bien mieux chez vous.

Ne trouvez pas ma critique dure, eussiez vous la préférer maul.

Lectueureusement vôtre ;-)






BR 22/01/2010 07:20


Les avertissements sont utiles, les propos du monsieur édifiants.
Une réponse sera nécessaire et la fin de mes envois  justifera ce chagrin de plus.

Celui qui ose écrire de tels propos dans une bien-pensence de notable autorise les abus de toutes sortes, les actes immondes, les propos répugnants.
Il n'aura rien fait pour … certes, mais il aura semer la graine de la haine : c'est pire !

Lesyeuxgrandouvertement vôtre


N le Texan 18/01/2010 19:13


Bonjour BR,

Un bémol rugbystique à ce film à la philosophie plus que respectable.
Les français, en demi-finale, se sont vus refuser 2 essais de manière plus que contestable pour une défaite face aux Boks de 19 à 15. Avec, pour une fois en coupe du monde, une équipe et un projet
de jeu qui méritaient un meilleur sort!
Puis cette intoxication alimentaire des "blacks" très "suspecte" la veille de leur finale...
Et comme l'on dit en Afrique du Sud, Tout n'est pas Blanc, tout n'est pas noir...
Mr Mandela ne méritait pas tous ces coups tordus...

Lavéritésijemens votre,
N le Texan


BR 19/01/2010 07:25


Merci Monsieur NLT

Le propos n'était pas rugbystique. La remarque est hélas si peu nouvelle. Le sport ne s'exonère jamais des influences politiques.
Mandela a souhaité la victoire de son pays pour des raisons parfaitement louables.

Des instences ont peut-être donné un coup de pouce ou de sifflet pour flatter ou pire encore. Les hommes sont éternels dans la mesquineire des seconds comme dans la magnificence du premier.

Que faut-il retenir ? ...

Même une défaite en finale d'un championnat régional pouvait satisfaire des intérêts plus grands que l'enjeu ponctuel. Alors, au niveau du Monde ....   !

 Il faut se taire et applaudir à ce magnifique film.

Enfinjemecomprendement vôtre


cjftrésorierement votre 17/01/2010 22:05


Invictus est certainement un beau film puisqu'il traite d'un homme formidable (capable du pardon alors qu'il a connu au plus profond de sa chair la folie des hommes blancs) et de la coupe du monde,
moment privilégié de notre sport, le rugby.
Oui mais voilà, faire oeuvre de citoyenneté et d'éducation avec des jeunes en allant voir ce film et à l'arrivée se faire insulter nous fait revenir sur terre de manière brutale. Diderot,
D'alembert et consorts doivent encore s'en retourner dans leurs tombes tant la terre d'asile de France est devenue un terre de haine menant à un terrible 21 avril !

Et voilà maintenant qu'un "pauvre type" (une de vos expressions préférées cher BR) note LA faute d'orthographe dans le titre ! Mais qu'a t-il retenu du fond ??? Car dans ce billet, c'est bien
le fond qui importe et Mr le censeur orthographique je ne vous félicite pas. En effet, l'orthographe est bien peu de chose face au racisme ambiant de notre cher pays !
L'imbecillité (avec 2 L !!! regardez le Larousse !) dont vous fûtes preuve Mr, à ne relever que cette faute dans un billet où moi j'ai retenu la bêtise mais aussi l'envie d'un éducateur de former
des citoyens, prouve encore l'état d'esprit de notre pays : s'attacher à l'apparence sans jamais s'arrêter sur l'essentiel ... au risque de basculer dans l'immonde !
En l'occurence (avec 2 c et 1 r), c'est un dilemme (avec 2 m si si !) dont nos gouvernants devraient se préoccuper.


BR 18/01/2010 07:35


Quand le sage montre la Lune, le sot regarde son doigt.

Ce sot est un ami et l'orthographe mon ennemi intime.
Pendant très longtemps, les beaux esprits m'ont refuté le droit d'écrire pour cette tare sociale qui permettait hier, comme les mathématiques aujourd'hui de figer les castes.

J'ai les doigts qui fourchent, pour d'autres ce sont les cœurs.
Je cherche chaque jour à me corriger et je fais appel à ce que la technique et les hommes mettent à ma disposition pour retirer ce "e" diabolique à Fil d'attente !
D'autres ne disposent absolument de rien pour évacuer cette haine qui consume leur cœur.
Ils peuvent bien l'écrire chœur, ils ne sacrifieront rien à l'autel de leur ignominie.

Dysorthographiquement vôtre


Miguel 17/01/2010 12:11


Un sacré type, ce Mandela ! Des homme comme ça, on n'en a pas 5 dans un siècle. L'Afrique du Sud a eu de la chance qu'il naisse là-bas.


BR 17/01/2010 17:59


Chaque pays a dans son histoire le bonheur d'avoir des grands hommes, Mandela est de celà.
Nous n'avons pas la même chance actuellement, bien au contraire !

Et nous ne veyons rien venir ...


christophe 16/01/2010 15:44


Essaye de faire moins de fautes d'orthographe.

On écrit     "une file"  quand on parle de file d'attente



BR 16/01/2010 20:41


Merci, voici une remarque quio fait avancer le débat en maintenant les petis, les humbles à leur place. La dictature de l'orthographe a toujours permis de maintenir un pouvoir en place.
Je suis confus, ma faute ruine ma pensée et votre remarque efface la faute ……
Celui qu ne fait rien ne se trompe jamais.