Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Remise du bulletin trimestriel


Nouvelle cérémonie scolaire.




    Les bulletins seront remis en propre aux familles ! La belle affaire que voilà, il faut jongler avec les obligations des uns et des autres pour trouver terrain d'entente et heures qui conviennent. Depuis plus de quinze jours j'essaie de proposer des horaires adaptés aux contraintes de chacun et une amplitude telle que toutes les situations ne soient pas une entrave à ce rendez-vous.

        Les familles ont répondu, elles ont la garantie de ne pas attendre leur tour. Dix huit familles doivent se voir remettre le bulletin de leur rejeton. Trois seulement n'ont pas daigné donner réponse ni même autre proposition comme elles y étaient conviées. Pour l'une d'entre elles une situation personnelle explique malheureusement ce faux-bond et pour les deux autres, nous dirons pudiquement qu'il y a adéquation entre leur silence et le vacarme que fait ici leur enfant !

        Ce fut un long défilé de gens heureux de trouver écoute et considération. N'y voyez pas prétention excessive, je cherche à établir une relation de confiance, de redonner une place aux parents non seulement lors de ces réunions institutionnelles mais surtout dans mon discours aux enfants, lorsque nous réfléchissons aux comportements des uns et des autres.

        Il y a eu de belles surprises, des confirmations aussi. Il est parfois plus facile de comprendre les difficultés des élèves quand on découvre le contexte dans lequel ils évoluent. Discuter avec les parents, c'est d'abord leur donner la parole pour connaître leur ressenti du trimestre, percevoir ce qu'ils ont vu ou compris de ce qui se passait en classe. C'est encore apprécier leur degré d'implication dans cette scolarité qui demande aide et confiance.

        Seulement alors, quand ils ont parlé et été écoutés, il est bon de donner un bilan du trimestre qui n'enfonce pas, qui ouvre des portes, qui laisse de la place à l'espoir. Trop souvent, la remise des bulletins ressemble à un règlement de comptes, un sac qui se vide sur la tête d'une famille qui encaisse les coups.

        Bien au contraire, nous partageons les problèmes lorsqu'ils existent, cherchons des pistes communes pour remettre le gamin en ordre de travail. Ce n'est qu'en allant main dans la main avec la famille que nous ferons bouger les lignes, que nous trouverons des pistes pour remettre un élève qui s'égare sur les bons rails.

        La remise du bulletin doit encore être accompagnée d'un moment symbolique qui donne à l'enfant cette fierté qui lui manque souvent lorsqu'il est dans l'enseignement spécialisé. J'ai depuis longtemps accompagné ce moment de la remise aux familles, d'un dossier relié, collectant les travaux « différents » du trimestre : Atelier d'écriture, dossier thématique, réflexion personnelle.

        À voir quelques yeux qui brillent, des pères et des mères qui vous disent merci, des enfants qui sont fiers de donner leur travail à leurs parents, la démarche me semble des plus pertinentes. Hélas, le risque est grand de toucher du doigt celui qui n'a pas joué le jeu et qui produit un dossier « Peau de chagrin ! »

        C'est qu'il ne faut jamais nier le principe de réalité et qu'un jour ou l'autre, il faut rendre des comptes sans pour autant recevoir sentences terribles et définitives. La porte doit toujours demeurer ouverte pour un demain qui sera meilleur. Accompagner et non juger, entraîner et non exclure !

        Mais, il y a les familles qui ne viennent pas. Deux, sur mes deux classes, qui depuis le début de l'année refusent toute invitation. Étrangement, leurs enfants sont en difficulté, ils ne peuvent adhérer à un système qui n'est pas reconnu par les leurs. Que faire face à cet abandon ? Qu'est ce qui peut justifier ce refus de venir rencontrer celui qui accompagne leur enfant un petit bout de chemin ?

        Laisser encore un espace pour leur permettre de retrouver leur dimension éducative. Ne pas tomber dans l'anathème. Mais que c'est difficile d'accepter cette fuite en avant, ce refus de venir sur le lieu même où se joue une partie de l'avenir d'un des leurs. Il faut être cassé par la vie pour en venir ainsi à cette déresponsabilisation insupportable. Qu'ils doivent être malheureux !

        Curieusement, ils viendront le jour même, si par malheur nous confisquions ce téléphone portable plus important à leurs yeux que la scolarité de l'élève. C'est ainsi, notre société ne se fonde maintenant que sur des valeurs matérielles et certains ont coupé le fil avec la réalité ! Pauvres d'eux, je crains que leur forfait finisse bien vite par être épuisé …

    Trimestrement leur !

vidéo
Qu'as tu appris à l'école Graeme Allwright par rozenfelds

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article