Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Retour à l'heure d'hiver.


Un grand froid dans les têtes.




Après quatre victoires dont trois à l'extérieur, la visite de Montargis ; l'ogre de la poule, était attendue au Cercle comme un révélateur de nos progrès supposés. La déconvenue est à la hauteur de la défaite : sans appel et d'une terrible ampleur ! Pourtant, il semble nécessaire de revenir dans le détail sur ce qui mena à ce dimanche noir …



Tout commença par une semaine galvaudée. Les raisons en sont nombreuses, le sentiment d'être arrivé avec une victoire jugée probante à Luynes, l'absence d'un entraîneur en vacances, le manque de concurrence réelle, les bonnes excuses pour ne pas venir le mercredi et peut-être la fatigue tout simplement ou l'usure des cadres.



Tout continue ensuite avec une difficulté manifeste à donner un contenu compatible avec le contexte actuel : une arrivée massive de nouveaux joueurs dont beaucoup débutent. Nous bricolons plus que nous nous engageons dans une préparation efficace du championnat. La préparation physique est à ce titre mise en sourdine et dimanche, ça se voyait terriblement.



Tout finit enfin par un manque de renouvellement du groupe. Il est impératif d'introduire du sang neuf et surtout des qualités de vitesse et d'explosivité qui manquent cruellement à cette formation un peu empruntée dans le grand mouvement. Mais ceci est une autre histoire et j'espère des arrivées significatives et un retour au bercail d'un certain Bertrand.



Mais revenons à ce match qui débuta de la meilleure manière. Une belle relance, une remontée de terrain en 7 passes et 3 temps de jeu. Dans la foulée, une touche prise facilement et un essai sous les poteaux en 2 passes et une belle action individuelle de Julien. 7 à 0 à la 2° minute, on ne pouvait espérer mieux.



Puis les petites fautes d'inattention ou de déconcentration se succédèrent. Un hors jeu de rien du tout sur la réception et le danger changeait de camp. Un coup de pied direct, une pénalité manquée, Et pour finir, un coup de pied plein axe de Mathis qui redonne la balle à l'attaque des bleus. Une pénalité vient souligner cette bêtise énorme par des points : 7 à 3 à la 10 ° minute.



Ainsi, après l'essai, le Cercle n'avait que joué mal au pied (4 fois), perdu un ballon en touche et pris deux pénalités en quatre ballons. C'est cette faillite mentale qui pose problème car à ce moment, l'adversaire était encore dans le doute. Les trois ballons suivants confirmeront l'arrêt des ambitions initiales. Trois ballons rendus pour finir par une touche cocotte en longueur contre laquelle nous ne savions que faire. 7 à 10 à la 16° minute.



Il y eut ensuite un peu plus de contenu, des ballons exploités, une occupation enfin réalisée mais les pénalités ne trouvèrent pas la touche (3 fois) et les avants prirent un sérieux coup derrière la tête devant cette légèreté inqualifiable. A leur tour, ils perdirent deux touches de suite et sur la dernière, une pénalité permit à Montargis de tourner à la pause en ayant une petite avance : 7 à 13.



Je crois que la seconde période fut un long calvaire. Plus de passe, une conservation à minima, des actions courtes et improductives à la fois en terme d'occupation ( ce qui est grave quand ça ne va pas) et de danger sur l'adversaire. Des maladresses à n'en plus finir ; rebonds, ballons ramassés trop lentement, passes par défaut, passes à l'adversaire, …



Ajoutons alors une différence athlétique manifeste et la balade des trois joueurs adverses : 4 – 8 – 10 qui ne furent jamais mis en échec par un plaquage agressif et nous allions tout droit dans le mur avec un fatalisme sidérant. Les mots de colère des uns et des autres ne sont pas la révolte. C'est dans les actes qu'il faut démontrer son envie de passer au dessus des difficultés du jour. Les deux derniers essais de Montargis, pour un bonus offensif humiliant, ne seront alors qu'une péripétie de trop. Seul Philippe échappa au naufrage collectif. Il faudra retrousser les manches dimanche prochain pour laver l'affront du jour. Je compte sur vous.



Désenchantement vôtre

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

titoche 01/11/2011 22:58



bonsoir philippe ; bonsoir bernard ;


en tant qu'entraineur de montargis , je me permet juste de demander d'où viennent vos sources quand au défraiement des joueurs car même moi je ne suis pas au courant !!!


et si vous connaissez le généreux mécène qui défraie nos joueurs , prière de me donner son adresse car je me permettrai aussi de lui demander des défraiements.....


Bonne saison sportive à vous ; en espérant vous retrouver en haut de tableau avec nous en fin de saison !!!


Amicalement Titoche



BR 02/11/2011 06:32



Le mot a-t-il été écrit ?


Ces garçons viennent jouer au Rugby et sont largement supérieurs au niveau de pratique. Tant mieux pour vous, ils entraînent ainsi les fantasmes.


Les niveaux de vie de nos clubs étant disproportionnés, même l'arrivée d'un joueur contre un emploi est innimaginable pour nous, alors de là à avoir de mauvaises pensées jalouses.


Les gens sont mesquins ...



Philippe 01/11/2011 20:03



voila bien resumer le match que j'ai vu malgre le 1er 1/4 d'heure ou j'etais en haleine petit a petit la cabane est tomber sur le chien.


la faute a qui a quoi meme les joueurs ont pas trop saisi le deroulement du match.


ce qui me surprend Bernard c'est ce que tu m'as dit sur le defraiement de certain joueurs de l'equipe adverse ça me revolte surtout en promotion d'honneur j'espere que cette équipe a les reins
solide si elle monte car il faudra en payer beaucoup plus a ce niveau c'est désolant



BR 01/11/2011 20:40



Philippe


 


Mes commentaires sont destinés à servir de support à la réflexion des joueurs. J'espère qu'ils les lisent même si je n'ai jamais beaucoup de retour. Mais je ne veux pas les imprimer et les placer
au club.


 


Il faut un petit effort de leur part aussi.


Quian à ce match, je pense en avaoir assez dit, il m'a fait grand mal !


 


À BIENTÔT DANS DE MEILLEURES CONDITIONS