Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Rugby Fernet Branca

L'amère victoire.

Publiée sur Midi Olympique

829915_rugby.jpg

    Et de trois. La malédiction Liévremont est levée et la victoire est belle en cette nouvelle journée de disette olympique. L'esprit cocardier peut se réjouir et envisager encore ce « Grand Chelem » qui effacera toutes les désillusions du moment.

    Nous sommes prompts à l'enthousiasme béat. Le succès importe plus que le plaisir pris à la performance. Tous les coups sont permis pour atteindre la victoire, ce Graal moderne qui finalement a troqué le vase sacré pour la coupe aux grandes oreilles !

    À Cardiff, l'équipe de France de Rugby a réussi l'essentiel, la troisième levée victorieuse. Le spectacle fut insipide du côté des Français devenus des marchands de commerce de ce sport. La gestion est devenue la clef de voute de la pratique et du vocabulaire sportif. Nos petits bleus ont posé les barbelés, envoyé le char d'assaut et usé de l'artillerie.

    Qu'est devenu ce sport épique, ce jeu chatoyant fait de folie, de courses insensées, de relances du bout du monde. Le Rugby champagne a traversé le Channel, il est devenu le Rugby Guiness. Les petits hommes en rouge, après une mi-temps de léthargie ont mis le romantisme de leur côté.

    Passes multiples, courses agressives, évitements sublimes, ils ont réveillé un stade endormi par les innombrables chandelles Françaises. Les petits lutins trouvaient alors des espaces là où les mastodontes bleus se cognaient sans surprise. Leur jeu au pied rasant était mille fois moins barbant que le coup de pied au ciel que nous ont servi nos canonniers sans âme.

    Le bruit court qu'un pari était en jeu chez nos toujours facétieux porteurs du coq. Le premier qui touchait le toit du « Millenum Stadium » remportait la mise …. Ils ont échoué et ont provoqué plus de bâillements que d'applaudissements. Quelques spectateurs au stade en furent quitte pour un joli torticolis, le rugby est devenu aussi déconseillé aux cervicales fragiles que le tennis !
   

830557_photo-1267255182057-1-0.jpg


    Bien sûr, il y a eu une formidable prestation du paquet, une épreuve de force qui tourna largement à l'avantage de ce cinq de devant de fer. Il y a eu une domination en touche qui réjouit le spécialiste et atteste du travail accompli à Marcoussis. Le travail de l'ombre de l'ami Didier Rétière porte ses fruits.

    Mais que sont devenues les cavalcades empanachées de nos arrières. Ils ont marqué deux essais à zéro passe. Ils n'ont que trop rarement franchi le rideau adverse et quand ils l'ont fait, c'était en puissance autour de nos poutres centrales. Nous ne retrouvons pas la patte de la panthère noire. Émile N'Tamack doit s'ennuyer ferme sur la touche.

    Aucune combinaison, pas de ces bifurcations énigmatiques qui trompent le défenseur et enthousiasment l'aficionado. Nous avançons sur des rails, nous poursuivons les ballons aériens avec un taux d'échec dans la récupération qui infirme l'obstination de cette pénible stratégie.

    Je déplore ce jeu de sape qui n'est pas de nature à emporter à la coupe du Monde. La terrible déculottée de Marseille reste encore en mémoire. Ce jour-là, une équipe faisait chanter le cuir et réveillait les spectateurs. C'est ce Rugby de mouvement et de bataille, d'affrontement et d'évitement, de culot et de courage que j'aime.

    Trois victoires et deux matches d'un ennui douloureux. Le bonheur des yeux n'est plus sur ce pré. Il est heureux que la victoire suffise au bonheur de beaucoup, mais hélas pas au mien !

    Amèrement vôtre.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Philippe 27/02/2010 20:18


et que dire sur l'arbitrage j'avoue que je n'ai pas compris cette 2eme mi temps de la part des bleus mais aussi de la part de Mr kaplan il n'a pas été non plus coherent a ce niveau c'est
dommage.
Il devrait peut etre s'inspirer de la direction de jeu que nous donne Mr Rolland lui il sait diriger une rencontre de rugby ce qui permet aussi de donner aux joueurs le droit de s'exprimer plus
clairement sur le terrain


BR 28/02/2010 08:47


Philippe.

         Jamais un arbitre ne peut justifier la médiocrité du jeu de ligne des arrières français. Le French-flair est devenu gallois e qui n'est que justice
à force d'employer des anglicismes pour définir ce que nous sommes !

      L'ailier virevoltant que tu fus ne peut s'arrêter au changement de "ton" de l'arbitre pour commanter le match. Un arrière placé à l'aile qui, systématiquement se
tourne du mauvais côté en défense. Un ouvreur qui pratique la fermeture. Des buldozers au centre qui jouent leur rôle mais qui n'ouvrent aucune possibilité aux trois autres. Un arrière qui tombe à
chaque fois qu'il fait son éternel crochet blocage pied en avant. Un ailier psycho physique face au diablotin lutin adverse et qui s'enrhume.

Tout ça, ce n'est pas 'arbitre, c'est le résultat du tout physique de Monsieur Laporte.