Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Sauf votre respect !

Regard en arrière sur une valeur qui se perd …

 


    « Monsieur, vous m'avez manqué de respect ! » L'accusation est grave, la faute pire encore. La formule démontre à quel point notre contemporain reste fortement attaché à cette valeur, à la seule et commode condition qu'il ne s'applique qu'à lui-même, unique refuge de cette notion si noble pourtant.

    Car du respect, voyez-vous, il en va tout autrement que cette exigence personnelle. Il se donne, il s'accorde, il s'octroie mais ne s'exige jamais. Le respect se mérite à l'aulne d'un comportement exemplaire, d'une ligne de conduite qui ne se plaît pas dans la courbe ou la circonvolution. On parle alors de droiture !

    Jetons un regard périphérique sur ce mot qui n'est plus que le spectre (anagramme) de lui-même. Je suis assez circonspect de constater à quel point il est évoqué à tous propos et souvent hors de propos dans le sport, à l'école et dans la vie citoyenne. Il devient un passage imposé, une règle , une norme alors qu'il devrait s'inscrire dans la normalité des relations humaines.

    Respecter l'autre et se respecter soi-même ne devraient être que les deux pièces d'une même philosophie de la vie collective. L'alpha et l'oméga, le yin et le yang d'une nécessaire cordialité, d'une considération mutuelle, d'une concorde dans la plus sincère tolérance. Tout le contraire de notre climat actuel !

    Qui abuse de trop de respect est maintenant suspect d'obséquiosité, de désirs secrets, d'une volonté sournoise d'obtenir avantages, privilèges ou préférence à la place d'un autre jugé immanquablement comme un ennemi, un adversaire, un opposant. La concurrence entre les individus est la norme dans cette société de la compétitivité ou nulle solidarité n'a sa place !

    La différence a laissé sa place au droit à la différence, à l'expression irréfragable de la liberté individuelle de faire, dire, ou agir comme bon vous semble sans se soucier des conséquences pour l'autre, son association, son groupe, sa communauté.  Le respect n'est devenu qu'un regard centré exclusivement sur soi-même bien loin du souci projectif et altruiste de son sens primitif.

    Alors, dans nos associations sportives qui ne sont qu'une métaphore de notre société, le respect vient cruellement à manquer. L'adhérent commence par ne pas respecter son engagement, il vient au gré de sa fantaisie qui est grande, puis il s'exonère des obligations liées à celui-ci. Le paiement de la cotisation devient un drame, les horaires sont d'une élasticité sidérante ; la ponctualité est définitivement rangée dans les oubliettes de la civilité.

    Puis ce sont les relations intra-personnelles qui se mettent à souffrir des carences comportementales. On ne respecte pas son coéquiper, encore moins son adversaire, on s'en prend à l'arbitre dans un joli méli-mélo de mots grossiers, orduriers, détestables. L'invective est la norme, l'estime mutuelle l'exception.

    Il n'est plus possible de pouvoir compter les uns sur les autres. L'individualisme règne en maître absolu et tout est prétexte à déserter le groupe auquel pourtant on a adhéré en toute liberté. L'anniversaire de la grand-mère, le match de football à la télévision, la Saint Valentin ou une soirée entre potes, tout passe devant ce qui autrefois était considéré comme un engagement pour lequel on avait les plus grands égards.

    Alors, on vient quand ça vous chante et surtout, forme absolue de l'outrecuidance, on ne prévient jamais de ses innombrables manquements à la règle commune. De compte à rendre à personne, tel est le crédo de l'homme moderne, de ce consommateur de plaisirs en dehors de toute considération collective. Moi qui tiens au respect, j'en suis fort marri !
   
    Irrespectueusement vôtre.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

La touraine 10/03/2011 15:51



étant impliqué dans ce club, que j'aime, saches que beaucoup de gens ( dirigeants et joueurs sont avec toi ); Tu ne peux pas rester sur des propos, des remarques,et provocations de la part de
quelqu'un qui n'a pas encore su prouver son attachement au club. peut-être, avec l'âge et le temps il deviendra sage, moi en tout cas je l'espère. En attendant, je suis avec toi. Les joueurs ont
reconnu dimanche après le match, que les seuls responsables  étaient eux...



BR 11/03/2011 18:31



Touraine


Avec un pseudo pareil, le cœur est gros et la passion chevillée au corps. je ne doute pas de vos paroles et je sais que le confiance ne se décrète pas, elle se tisse à longueur de temps et de
convictions, d'actions et de patience. Que je puisse la perdre un soir de défaite n'est pas anormale tant leurs répétitions est lassante.


Quant au malotrus n'en parlons plus !