Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Sport de Caniveau et Jeu de Passes.

Petits pieds et filles de joie.

4508413955_9cc4fd2935.jpg


    L'argent à profusion, la gloire à satiété, les honneurs à foison. Pourtant tout ça ne leur suffit plus. Enfants gâtés, pourris, pervertis, ils sont récompensés au-delà de l'acceptable pour des qualités bien inutiles à la survie de notre humanité. Ils ont bien plus traîné les pieds sur des pelouses que dans les cours de récréation de nos écoles, ils doivent leur célébrité à la futilité affligeante de notre société.

    La fortune leur a tendu ses bras à un âge où l'on doit se construire à partir des frustrations. Ils ont tout juste la tête sur les épaules et ne disposent pas des outils cognitifs pour appréhender ce qui leur arrive avec la distance nécessaire. Coupés d'un monde réel dont ils ont été écartés dès l'âge de douze ou treize ans, ils s'isolent peu à peu dans leur délire d'idoles adulées. Ils ne sont que des colosses aux pieds fragiles (ne leur dites pas d'argile, ils ne pourraient comprendre).

    Quand ils claquent des doigts, le monde entier est à leurs pieds. Alors ils ignorent que la vie n'est pas faite de caprices, d'envies toujours satisfaites, de fidèles si admiratifs qu'ils en sont idiots et de filles si faciles à convaincre ...

    La télévision, faute de valeurs et de grands hommes, les a mis en avant. De produit d'appel, ils ont glissé progressivement vers le statut de Dieux vivants. Une foule stupide, fort utilement abrutie se prosterne devant eux. Dans l'arène ou dans la ville, ils sont l'objet d'un culte sans objet, d'une admiration sans raison, d'une passion sans amour mutuel.

 


    Le sport professionnel, le football en particulier, a enfanté des monstres d'égoïsme, d'immaturité, de morgue et de naïveté mêlés. Ils n'ont qu'une envie, s'isoler de cette masse ahurissante de leurs fidèles. Ils arrivent protégés par des barrières, des policiers et des gardes du corps, ils les croisent parfois, dissimulés par des lunettes fumées, des casques audio et des capuches. Au cœur même de la foule, ils s'en tiennent totalement à l'écart !

    Ils fréquentent des palaces somptueux, roulent dans des bolides au prix exorbitant, dépensent en une journée ce que leurs familles n' auraient pas gagné en toute une vie de dur labeur. Cet argent qui dégouline de leurs poches les aveugle et les rend sourds à ce Monde.

    Certains, étoiles sublimes parviennent à surmonter le choc de cette célébrité factice. Ils consacrent une partie de leur fortune à leurs pays d'origine, à une cause noble, à une association, à des académies de jeunes footballeurs africains. Ils se sauvent et sauvent leur âme et leur conscience.

    Les plus fragiles en veulent toujours plus. Ils se vendent pour des publicités honteuses. Ils dilapident un argent trop facile, sans valeur réelle. Ils s'offrent des filles faciles ; beautés mineures aux formes majeures ! Ils ajoutent à la cupidité, l'ignominie la plus perverse sans jamais comprendre le sens de ces mots trop savants.

 

    Ils vont s'envoler pour représenter un pays qui n'a pas de sens pour eux. Ils ne sont de nulle part, leur patrie c'est l'argent. Encadrés par un pantin absurde, uniquement soucieux de son image, ils n'ont jamais face à eux un discours morale qui redonne de la cohérence aux événements. Ils seront isolés en Afrique du Sud, comme ici, de ces gens simples sans qui ils ne seraient pourtant rien.
   
    Idoles de paille, hommes de peu, enfants pervertis, nous les avons fabriqués par notre incapacité à donner une juste valeur à toute chose. Ils sont les avatars les plus cyniques d'une société qui récolte ce qu'elle a semé. Ne leur jetons pas la pierre, ils sont bien trop pitoyables !

    Poussecitrouillement vôtre.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

polikarpov 23/04/2010 17:52



Bien dit.



BR 23/04/2010 21:05



Merci


 


Hélas ce billet a été censuré sur le Post qui a donné la parole à l'avocat d'un de ces protagonistes.


En France on peut encore se moquer des politiques, il est impossible d'évoquer ces immenses sportifs sans encourir des risques graves. Pourtant aucun nom n'a été donné mais les vigies mercantiles
vieillent pour ces messieurs bien sous tout rapport payant.


Exaspéremment votre