Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Stage cohésion 2

Se jeter à l'eau !

 

 



    Nous retrouvons la troupe au petit matin. Une légère brume recouvre la plaine où les dormeurs sommeillent inondés de rosée. Je découvre des grappes compactes de corps enchevêtrés, la chaleur humaine rassure et réconforte. Les oiseaux s'égosillent, ils veulent sans doute se venger des ronflements énormes qui ont perturbé leur nuit !

    Les têtes émergent d'installations approximatives faites de bâches et de duvets. Hirsutes, ils attestent de l'inconfort de cette situation nouvelle, le petit bisou matinal du guide devra permettre d'oublier les affres de la nuit trop courte. Debout les gars, nous allons effectuer nos ablutions avec cette fille Ligère qui gronde à deux pas !

Les pluies récentes ont gonflé les flots. La Loire roule, elle se fait barrière infranchissable ; la traverser cette année ne serait pas raisonnable. Les colosses du pré se contentent de l'affronter de face, remonter les flots de l'eau jusqu'au sternum est plus compliqué que parer un coup de pilum !
La douche redonnera pourtant allure humaine à ces baigneurs du petit matin …

    Le programme reprend à peine. Chacun enfourche son coursier douloureux. En route pour Darvoy et un triathlon qui demeure secret. Sur le chemin, un bistrot se trouve investi pour boire ce café sans lequel rien n'est possible dans notre pays. Enfin le peloton trouve le point de départ de son nouveau chemin de croix.

    Les équipes se forment, les garçons en profitent pour faire sécher sur la lisse les vêtements, bâches, serviettes et duvets mouillés. Le terrain prend l'allure d'un camp de voyageurs et nous craignons de voir surgir la maréchaussée. Le stand de tir à l'entrée les a sans doute dissuadés de venir s'enquérir de cette bande exotique !

    Dix-hui kilomètres de chemins qu'il faut suivre à la carte, un parcours en courant, des tirs juste après l'effort et des pénalités qui se paient en tour de terrain : des vacances en quelque sorte. Pour corser le tout, un test d'œnologie en aveugle pour obtenir un bonus juste avant l'arrêt du chronomètre. Au rugby, il faut toujours garder une poire pour la soif !

    Le trésorier du club et adjoint en sa bonne ville nous avait concocté avec amour et rigueur ce petit programme distrayant. Il poussa le paternalisme jusqu'à organiser le repas méridien. Les organismes en avaient grand besoin et la sieste générale qui suivit la mise en jambes et en bouche attestait de l'efficacité du menu.

    Au réveil, il fallut replier les effets secs, ranger les sacs dans notre véhicule d'assistance qui de voyage en voyage se parait d'effluves des plus douteuses. Encore un gros paquet de kilomètres à dévorer à pleines dents de pignon pour aller jouer au rugby à Chateauneuf sur Loire. Les chemins des bords de rive nous offrirent épines et creux, glissades et dérapages et surtout une ombre appréciable sous le soleil ragaillardi de septembre.

    À seize heures, la première équipe cycliste de Rugby régional fit son entrée sur le terrain de son hôte. Ne voulant pas en terminer avec la nouvelle tradition, les garçons se mirent derechef à la sieste sous un arbre digne de leur fatigue. Chacun s'inquiétait en son for intérieur de sa capacité à pouvoir jouer au Rugby avec des jambes lourdes, des fesses endolories et des yeux gonflés.

    Nous aborderons cette redoutable épreuve lors du prochain volet de cette folle aventure ligérienne. Bonne journée à vous !

    Bisiestement votre

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Patrick 15/09/2010 19:54



Fichtre . . . cela mon rappele mon service militaire dans les Landes, le Pays Basque et le Gers. Le crapahut, y a que cela de vrai pour unir les hommes de bonne lignée.


Mais je traine 62 années qui me forcent à n'être qu'un simple spectateur au travers de tes billets.


Vivement la suite.


A TELIREMENT TIEN



BR 15/09/2010 22:45



Patrick


 


Il ne faut pas trop user de la comparaison militaire, celà pourrai me revenir en pleine tête.


Nous avons surtout à chercher à donner du lien dans des activités inhabituelles. Ce fut une belle expérience pour les présents hélas beaucoup moins nombreux que les légions d'absents.


 


Le rugby loisir n'est pas le mien. Je suis parfois un peu inquiet de ce comportement de consommateur !


Miseengardement leur.



marie-jo 15/09/2010 13:28



...à allumer des étoiles dans n'importe quels rêves...



BR 15/09/2010 13:31



Marie-Jo


...à allumer des étoiles dans n'importe quels rêves...


On finit parfois par décrocher la Lune !


 


Sénélitement vôtre