Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Tous ces silences assourdissants.

La minute essentielle.

dekkcc6v.png
    Monsieur X était un grand homme. Les mots perdent de leur sens, il était un homme connu, un homme qui avait gravi les échelons de la notoriété. Sa vie, son œuvre, sa pensée, son parcours ne valent vraiment que par le succès de l'entreprise. On se moque éperdument des trahisons, des reniements, des entourloupettes qui ont prévalu à cette réussite exemplaire.

    Monsieur X était un homme puissant et c'est la seule valeur qui compte dans ce monde de l'apparence et de la futilité. Les consciences n'ont qu'à s'éloigner, la réussite exige des petits compromis avec soi -même et avec la morale. Ignorer cette nécessité, c'est faire preuve d'une affligeante naïveté.

    Monsieur X a œuvré pour le sport. Non point ce sport amateur, de masse, gratuit et sans idoles qui n'intéresse personne, pas même ceux qui y consacrent leur temps libre et un immense dévouement. Il œuvrait pour le sport de très haut niveau, celui qui remplit les caisses de quelques-uns et les conversations de tous les autres, ceux qu'on détourne de l'essentiel !

     Monsieur X, dans une autre vie qu'il faut s'empresser d'oublier a soutenu un dictateur, un homme qui dans le scrupuleux respect des règles de la corporation, a fait couler beaucoup de sang sur d'autres mains que les siennes. Mais il y a toujours prescription pour ceux qui réussissent.

     Monsieur X a dirigé de main de maître un organisme international protégé par son installation en Suisse et la mansuétude des nations. Il a organisé le sport à l'échelon de la planète dans des conditions de transparence qui laisseraient pantois un observateur honnête.

     Monsieur X a mérité l'estime de ses obligés, la considération de ses protégés, le respect de ses complices. Il a su tisser un réseau complexe de liens et de petits services, d'avantages et de grands cadeaux. Il a permis à beaucoup de gagner encore plus et cela ne s'oublie jamais !
Minute-de-silence_diaporama.jpg
     Monsieur X est passé de vie à trépas. Il est désormais interdit de salir la mémoire de ce personnage qui était protégé de son vivant par une armée de juristes, sourcilleux de préserver l'honneur de ce dignitaire de la chose sportive.

     Monsieur X mérite de la nation, de l'humanité, du sport universel. Les panégyriques, exercices obséquieux qui écartent les zones troubles pour se complaire dans des compliments convenus, sans  originalité ni esprit critique, se multiplient comme il se doit.

     Monsieur X aura sa minute de silence sur les terrains de sport du monde entier. Une minute de recueillement imposée une fois encore à des jeunes gens qui ignorent tout de ce vieux monsieur bien sous tous rapports, ça va de soi.

    Gare à celui qui se refuserait à cet exercice hypocrite et immérité. On ne salit pas la mémoire d'un défunt. L'usage est d'autant plus rigoureux que le regretté a un lourd  passif. Il s'exposerait à la vindicte populaire. Alors, bon gré, mal gré, il se plie à cette pratique devenue si irrégulière qu'elle en perd tout sens et toute utilité.

    Au fil du temps, chaque jour disparaîtra un personnage que l'actualité a mis en avant. C'est l'effet de cette médiatisation de tout et de n'importe quoi. Le sport plus que toute autre activité humaine s'amuse de ce silence minuté, de cette injonction insupportable à la mémoire des puissants. Il est des combats bien plus utiles, je n'en doute pas, mais j'aimerais qu'on arrête de nous imposer ces courbettes indécentes !

    Mémoriellement vôtre

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article