Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Une tâche indélébile !


La justice passera aussi …



    Un homme important, un homme blanc, un homme puissant fut soupçonné d'une agression sexuelle. On s'enthousiasma un temps de voir un grand pays abattre les barrières de l'argent pour mettre à l'ombre le présumé coupable. On s'offusqua cependant de cet acharnement télévisuel qui oublia le nécessaire respect de la dignité humaine qui est prévu dans notre législation.

    Personne ne pensa que diffuser ces images en France pouvait relever d'un délit puisque les lois de la concurrence médiatique autorisent tous les dérapages. Peu s'aventurèrent à affirmer qu'un prédateur sexuel ne respecte pas plus la dignité de l'autre et qu'il n'était alors question que d'un salutaire retour de bâton. Seul le spectacle de la chute d'une icône nous ravissait.

    Chacun avait une opinion arrêtée, infondée comme il se doit de nos jours, sur des éléments tangibles, au nom du principe d'immédiateté qui gouverne toutes nos réactions. On suivit ce feuilleton nauséeux sans mettre le moindre mouchoir sur nos visages de voyeurs. Pourtant, les remugles de cette affaire allaient bien au-delà de ce simple tête à tête énigmatique qui restera à jamais mystérieux.

    Puis les clans se formèrent au nom du sacrosaint principe de la division, si chère à notre culture hexagonale. Il y eut les tenants du complot, les adorateurs du petit homme libidineux, les pragmatiques qui se moquaient de ce que pouvait bien faire un homme pourvu qu'il fut compétent, les moralistes anachroniques, les libertins si tendance, les féministes légitimement indignées et les machistes qui crachèrent sur la victime putative.

    Belle cacophonie qui occupa nos conversations estivales. Mais la pluie qui tombait d'un ciel obscurcit effaça peu à peu la terrible impression initiale. Les acteurs se dévoilèrent, la victime parut moins innocente alors qu'elle n'était que simplement humaine, cherchant à tirer profit de ce qui avait fait basculer son existence. Le présumé agresseur restait de marbre, dans une rigidité propre à étayer les soupçons, image sublime du bourgeois inattaquable, engoncé dans un mépris sans borne pour l'autre, quel qu'il soit !

    J'ai choisi mon camp et je me fiche désormais de ce que décidera une justice qui n'est que parodie et comédie, arguties et palabres économiques. Ce qui est apparu à mes yeux, c'est le masque de l'homme incapable de se refuser un petit plaisir. Que ce soit tarifé, consenti, suggéré, contraint, il est un ogre insatiable. Au pays de la gaudriole, il se peut que ce défaut ait pu passer pour une fantaisie amusante mais il ajoute à ça, la morgue hautaine du bourgeois richissime, faute rédhibitoire quand on se pense de gauche.

    La fortune n'est pas nécessairement une tare. Il se peut que des gens aisés conservent encore un semblant d'humanité, un brin de considération pour ceux qui ne disposent pas des moyens qu'une destinée favorable leur a accordé à profusion. Mais quand on se prévaut des valeurs de Gauche, il y a une attitude qui ne peut se concevoir. Toute l'affaire, notre homme a joué de sa richesse avec une ostentation qui lui retire toute légitimité à se prévaloir de ce camp..

    Le pire je crois, c'est qu'il n'a jamais compris à quel point cet étalage indécent pouvait choquer bon nombre de braves gens qui espéraient peut-être en lui. Il s'est paré des oripeaux de la richesse dégoutante, l'affaire de la Porsche avait été à ce titre significative de son aveuglement. Ce costume ne peut convenir à un défenseur du peuple, des gens de peu. Il ne peut s'abaisser à nos difficultés quotidiennes. Il ignore tout de nos difficultés, préserver dans une bulle où l'argent n'a jamais été le fruit essentiel du travail.

    Alors, quand il sera blanchi, il n'en portera pas moins la tâche indélébile de sa cécité au monde réel, de son ignorance totale de nos vies, de son arrogance et du doute définitif. Qu'il ait au moins la dignité de se retirer définitivement de la bataille politique et qu'il ne nous impose plus cette posture du gros bourgeois fat et vaniteux quelles que soient ses compétences supposées.

    Obscurément sien.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article