Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Chroniques au Val

Chroniques au Val

Ligericus sum, nil Ligeris a me alienum puto.

Victoire bonifiée.

Une bouffée d'oxygène.

Adultes-G-ants-20P5157.jpg

    Le Cercle rencontrait Sully sur Loire pour un derby à haut risque. Gare au vaincu, surtout pour les « vert  et rouge » qui n'avaient plus le droit à la défaite domiciliaire.

    C'est certainement cet enjeu et la crainte, pour toute la saison, d'une relégation menaçant  les  hommes de N Le Texan et JP du Béarn qui bridèrent les cheminots. Pendant vingt minutes, il n'y eu qu'une formation sur le terrain gras et lourd du stade Albaladéjo.

    Sully s'installe résolument dans le camp de Fleury. Ces derniers avaient commencé par manquer l'engagement, signe plus que tangible d'une grande inquiétude. Face à des adversaires à la combativité totalement absente, les sullylois déployaient à tout prix du jeu sur les extérieur. Multipliant leur si chères sautées, ils échouaient régulièrement en bout de ligne.
3927950837_c52815c3e5.jpg
    L'arbitre, un peu dépassé par le rythme opta pour le coup de sifflet prompt afin de calmer les ardeurs des joueurs en jaune et bleu. Mais au petit jeu des pénalités dont ils furent gavés, les hommes du célèbre Georges Marteau vendangèrent beaucoup et ne s'illustrèrent qu'une seule fois. Rien à trois leurs efforts n'étaient pas récompensés et la lassitude semblait gagner les attaquants.
    Fleury sorti alors une antenne de sa coquille pour planter un contre défensif qui leur fit fouler le camp adverse pour la première fois vers la demi-heure de jeu. Le coup fut gagnant avec une pénalité pour une efficacité très flatteuse. Une deuxième antenne pris l'air avec un premier groupé déroulant-plongeant qui se retrouva au sol par une mesquinerie défensive qui échappa à la sagacité de l'homme au sifflet.

    Voilà, ce fut tout pour une période sans flamme du côté de la force accueillante. La suite allait rester sur le même scénario : énergie inutile à trop se déployer pour Sully. Solidité défensive et improductive pour Fleury. Mais cette fois, il y avait plus de vaillance et ce qui devait arriver se produisit sans que les observateurs et chroniqueurs attentifs en furent surpris.
4249462857_93797a5a37.jpg
    À leur première visite dans les 22 mètres adverses, Les banlieusards usèrent du rouleau compresseur pour presser le citron, bleu de rage. Dix à trois et un gros coup de marteau derrière la tête pour les hommes du sus-nommé.

    Le scénario ne changea guère, éparpillement excessif et sautées intempestives qui ruinèrent plusieurs situations de surnombre d'un côté. Force et patience, défense et occupation de l'autre. Une belle opposition de style, une conception pragmatique du sport pour les futurs vainqueurs, un panache inutile pour les perdants à venir !

    Le score gonfla avec la force de la conviction que rien ne pouvait inverser le cours des évènements. Un autre essai pour éloigner Sully du bonus défensif avec cette fois un peu plus de passes mais toujours cette opposition du lièvre et de la tortue.
4244038981_b86af8871e.jpg
    Ce ne sera pas encore cette fois que le rapide Lagomorphe percera la carapace du pesant
Testudine. C'est même en civet que finira le fier animal car dans l'ultime minute du match, la tortue retrouva la technique qui fit la gloire des armées de César et porta à presque tous le précieux éteuf derrière la ligne magnifique.

    Trois essais dans la gibecière, Sully pouvait la trouver amère et Fleury bénéficier de cet heureux concours de circonstances favorables. La victoire était salutaire et tomba à point nommer pour célébrer l'anniversaire de l'un des plus vaillants soldats de ce monstre à seize pattes. Le capitaine continuait à user de sa chère ironie. Le sourire retrouvé, la troupe allait célébrer le retour de l'espoir et c'est bien-là l'essentiel !
3936681751_2f38cd2573.jpg

    Correspondantement vôtre.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article